Non, le réchauffement climatique ne s’est pas arrêté en 1998

Non, le réchauffement climatique ne s’est pas arrêté en 1998
Source : Lemonde.fr International
06/01/2017 05:00

La « pause » observée entre 1998 et 2012 était liée à l’introduction d’une nouvelle technique de mesure. N’en déplaise aux climatosceptiques.

Sans l’arrivée imminente de Donald Trump à la Maison blanche et l’installation d’une administration américaine dominée par les climatosceptiques, l’information n’aurait pas sans doute pas été autant commentée. Dans l’édition du mercredi 4 janvier de la revue Science Advances, des chercheurs américains conduits par Zeke Hausfather (université de Californie, à Berkeley) montrent, réanalyse de l’ensemble des données à l’appui, que le réchauffement ne s’est nullement arrêté en 1998 – contrairement à une légende entretenue par les réseaux climatosceptiques.

Le fait n’est pas nouveau : en juin 2015, dans la revue Science, des chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) avaient déjà montré que cette fameuse « pause du réchauffement », entre 1998 et 2012, était surtout le fait d’un biais de mesure, plutôt que d’un ralentissement substantiel de la cadence du changement climatique en cours. Mais remettre en cause l’argument de la « pause » systématiquement mis en avant par les dénégateurs du réchauffement anthropique n’a pas été du goût de tous. De fait, certains parlementaires républicains accusent, depuis, les chercheurs de la NOAA de fraude scientifique et de manipulation de données.

C’est ce qui fait tout le sel des résultats publiés par M. Hausfather et ses coauteurs : ils montrent que non seulement le réchauffement n’a pas cessé en 1998, mais aussi que les chercheurs de la NOAA n’ont commis aucune distorsion des données scientifiques. Ils ont simplement corrigé un biais instrumental – une opération de routine qui a pris, du fait de la polarisation idéologique et politique autour du climat, une ampleur médiatique démesurée.

Les données des bouées Argo

Pour comprendre, il faut savoir que la température moyenne de la Terre est calculée à partir de millions de points de mesure sur les terres émergées, mais aussi des températures des eaux de surface des océans. Celles-ci étaient principalement relevées par des bateaux, après simple prélèvement d’eau de mer. Mais, au tournant du siècle, sous l’impulsion de l’Unesco et de l’Organisation météorologique mondiale, une flottille de bouées dérivantes – dites « Argo » – a commencé à être déployée pour mesurer directement et en temps réel la température de l’Océan. Des milliers de telles bouées quadrillent aujourd’hui les mers du globe et fournissent la grande majorité des données utilisées par les chercheurs.

L’introduction d’une nouvelle technique de mesure a donc créé un biais instrumental systématique. En effet, puiser l’eau avant d’en prendre la température « réchauffait » très légèrement les mesures. La montée en puissance des bouées Argo a donc artificiellement « refroidi » la température moyenne terrestre… Les chercheurs de la NOAA ont identifié ce biais et corrigé leurs données. Légèrement, mais suffisamment pour que le « hiatus », la fameuse « pause du réchauffement » soit beaucoup moins évidente. ...


Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale