Cancer du sein : Pourquoi l'activité physique est-elle si bénéfique ?

Cancer du sein : Pourquoi l'activité physique est-elle si bénéfique ?
Source : santemagazine.fr
12/09/2017 08:00

Quel processus biologique est à l'origine des bienfaits de l'activité physique pour les femmes atteintes d'un cancer du sein ? C'est ce qu'ont découvert des chercheurs danois.

Outre la prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète et de l'obésité, une activité physique régulière contribue à réduire la fréquence de survenue de cancers. Mais le sport pendant la maladie et ses lourds traitements présente aussi des avantages puisqu'il permet "d'améliorer la survie des personnes malades, ainsi que leur qualité de vie", comme l'explique l'institut national du cancer (Inca).

Plus précisément, il est reconnu qu'être actif pendant un cancer aide à combattre efficacement la fatigue, à lutter contre certains effets secondaires des traitements comme la chimiothérapie (nausées, vomissements, constipation, diarrhée) et surtout à éviter le risque de récidive. Au lieu de mener une nouvelle étude sur le sujet, des chercheurs du Copenhagen University Hospital ont voulu savoir quels mécanismes biologiques entrent en jeu pour expliquer cet effet bénéfique.

Dans le but, à termes, d'élaborer des interventions thérapeutiques pour cibler la progression des tumeurs. Dans la revue scientifique Cancer Research, ils expliquent avoir découvert que les femmes atteintes d'un cancer du sein et sous traitement présentaient des différences dans leur plasma sanguin après des exercices physiques modérés à intenses. Ce dernier était en effet plus riche en adrénaline, une hormone naturelle qui permettrait de prévenir la croissance et la survie des cellules cancéreuses.

Les cellules cancéreuses prolifèrent moins

Les chercheurs ont obtenu des échantillons de sang de sept femmes en bonne santé et 20 femmes traitées avec une chimiothérapie après une intervention chirurgicale pour un cancer du sein en début de stade. Les échantillons des femmes du deuxième groupe ont été prélevés avant et après deux heures d'activité sportive modérée à intense, ces dernières faisant partie d'un programme de rééducation sportif de six semaines mené en hôpital. ...

 

 


Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale