Sex-tapes, mensonges et vidéos : la K-Pop secouée par des scandales sexuels

Sex-tapes, mensonges et vidéos : la K-Pop secouée par des scandales sexuels
Source : Parismatch.com
13/03/2019 12:00

Deux stars de la K-Pop Jung Joon-young et Seungri ont annoncé leur retraite prématurée. Le premier a reconnu avoir filmé des sex-tapes, le second d'avoir proposé des prostituées à des investisseurs.

La K-pop vend ses stars aux mines impeccables comme les archétypes de la perfection comportementale. Mais un scandale à caractère sexuel dans l'industrie musicale montre à quel point discrimination et abus sont prégnants en Corée du Sud, jugent les féministes.

 

En l'espace de deux jours, le chanteur Jung Joon-young ainsi que Seungri, membre du boys band BIGBANG, l'un des plus grands groupes de K-pop du pays, ont annoncé qu'ils se retiraient du monde du spectacle.

Jung Joon-young, 30 ans, devenu célèbre au Sud pour sa participation à un télé-crochet, a reconnu avoir filmé ses relations sexuelles à l'insu de ses partenaires et partagé les images sans leur consentement.

Seungri, 29 ans, de son vrai nom Lee Seung-hyun, est soupçonné d'avoir tenté de soudoyer des investisseurs en leur proposant les services de prostituées. Les deux artistes étaient membre d'un groupe de chat, où Jung Jong-young et d'autres ont partagé des vidéos sexuelles dans lesquelles figurent au moins dix femmes, selon la chaîne sud-coréenne SBS.

Le pays est confronté à une épidémie de "molka" --caméra espion-- la plupart du temps installées par des hommes pour filmer les femmes à leur insu dans les lieux publics, toilettes, transport, bureaux...

Mais les stars de la K-pop cultivent plutôt une image de gens propres sur eux. Le gouvernement sud-coréen les soutient activement comme produit d'exportation, ce qui aggrave l'onde de choc suscitée par le scandale. Les vedettes de la "vague coréenne" qui a pris d'assaut l'Asie mais s'est aussi popularisée dans le reste du monde sont soumises à d'énormes pressions.

On n'attend d'elles rien de moins que la perfection dans leur apparence ou leur comportement. Elles sont épiées par des clubs de fans qui dépensent sans compter leur temps et leur argent pour aider leur idole à gravir les marches de la gloire, quitte à écraser les rivaux.

La Corée du Sud est traversée comme de nombreux autres pays par la déferlante #MeToo contre les violences faites aux femmes. Mais vu les sommes en jeu, les personnalités de la K-pop ont plus à perdre que d'autres si elles sont mouillées dans un scandale.

Le polyglotte Seungri est perçu comme "l'exportation culturelle idéale", explique à l'AFP Lee Moon-won, critique de culture pop à Séoul. "La plupart des fans estiment qu'il travaille extrêmement dur. En plus de sa carrière de chanteur, il a maîtrisé le japonais et le chinois, ce qui l'a rendu très utile à BIGBAND lors de leurs tournées dans ces pays"...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale