Attaque en Nouvelle-Zélande : L'assaillant est « un terroriste extrémiste de droite »

Attaque en Nouvelle-Zélande : L'assaillant est « un terroriste extrémiste de droite »
Source : LesInfos.ma
15/03/2019 11:45

Un tireur australien âgé de 28 ans, identifié comme un extrémiste de droite a ouvert le feu durant la prière du vendredi contre deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch. L'attaque d'une violence « sans précédent » a entraîné la mort d'une quarantaine de personnes dont des femmes et des enfants. 

Cette journée est l'une « des plus sombres » jamais vécues en Nouvelle-Zélande, se désole la Première ministre Jacinda Ardern, dénonçant des « violences sans précédents ». Un jeune homme âgé de 28 ans a ouvert le feu lors de la prière du vendredi contre deux mosquées de la ville de Christchurch, menant ainsi l'une des pires attaques contre les musulmans dans un pays occidental. Cet attentat rapidement qualifié de terroriste a entraîné la mort d'une quarantaine de personnes et fait également 20 blessés graves. Des enfants et des femmes figureraient parmi les morts. Les deux cibles connues étaient la mosquée Masjid al Noor dans le centre de la ville ainsi qu'une seconde mosquée, à Linwood, dans la banlieue. La police a demandé aux gens de ne pas partager « des images extrêmement pénibles » après la mise en ligne d'une vidéo montrant un homme blanc se filmant en train de tirer sur des fidèles dans une mosquée, souligne l'AFP.

« Grand remplacement »

Pour la Première ministre, il est « clair qu'on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste », avant d'ajouter que celle-ci « semble avoir été bien planifiée ». Selon la même source, relayant le Premier ministre australien Scott Morrison, le tireur à l'une des mosquées de Christchurch, localité de l'Ile-du-Sud, était un ressortissant australien. Il est décrit comme « un terroriste extrémiste de droite ». Si l'homme politique n'a pas fourni davantage de précisions, la presse néo-zélandaise a quant à elle communiqué son nom : Brenton Tarrant, présenté comme le premier suspect de l’attaque. Il apparaîtrait néanmoins que le terroriste n'ait pas agi seul, mais le nombre exact de tireurs n'était pas connu, selon Mme Ardern. Elle ajoute toutefois que trois hommes été placés en garde à vue, tandis que la police a précisé que des engins explosifs improvisés avaient été désarmés par les militaires.

Les témoins oculaires évoquent des scènes d'une extrême violence. Un homme présent dans l'un des lieux de culte a raconté qu'il avait vu un homme être abattu d'une balle dans la tête. « J'ai entendu trois coups de feu rapides et après environ dix secondes, ça a recommencé. Cela devait être une arme automatique, personne ne pourrait appuyer sur la gâchette aussi vite », a dit cet homme à l'AFP sous couvert d'anonymat. « Puis, les gens ont commencé à sortir en courant. Certains étaient couverts de sang ».

Des images insoutenables et des documents qui ont été diffusés sur les réseaux sociaux, avant d'être retirés. Selon l'AFP, l'assaillant a publié son attaque sur Facebook Live. « Un "manifeste" mis en ligne sur des comptes liés à la même page Facebook fait référence aux thèses du "grand remplacement" circulant dans les milieux d'extrême droite et qui théorise la disparition des "peuples européens" », souligne la même source.

En état de choc, le pays connu pour son très faible taux de criminalité a drastiquement relevé son niveau d'alerte. Les forces de l'ordre avaient imposé un bouclage du centre-ville avant de lever les mesures quelques heures plus tard. Toutes les écoles de la ville avaient été bouclées. Des bâtiments publics comme la bibliothèque centrale étaient aussi fermés. La police a demandé aux fidèles d'éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande », précise la même source.




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale