Volvo V60 D4 AWD – ESSAI : combiné nordique

Volvo V60 D4 AWD – ESSAI : combiné nordique
Source : Auto-moto.com
15/03/2019 11:00

Volvo doit probablement sa survie à Geely, son riche propriétaire chinois. Mais aussi à ses SUV, dont le XC60, modèle le plus vendu en 2018, demeure une source solide de revenus. Ce n’est pas pour autant que la marque suédoise limite sa gamme à une panoplie d’engins haut-perchés comme le voudrait la tendance actuelle. A Auto Moto, nous l’en remercions pour cela.

Parmi les spécialités du constructeur nordique, le break reste en bonne place au sein du catalogue. Et le supplément de bon sens dont il peut faire preuve face à un SUV fait toujours autant plaisir à voir.

Moins onéreux que sa variante Cross Country et moins ostentatoire que son équivalent SUV, le V60 peut tout autant s’équiper d’une transmission intégrale.Pour en bénéficier, contre un supplément de 2 400 €, il faut néanmoins recourir à la motorisation diesel la plus puissante. Ce qui, comme nous avons pu nous en rendre compte sur la route du salon de Genève, revêt une certaine cohérence.

Plutôt qu’un D3 de 150 ch, assez peu démonstratif, le D4 et ses 190 ch s’accordent bien mieux au caractère énergivore des quatre roues motrices. Et à la masse exagérément élevée de cette familiale.

Les près de tonnes, équipage (et skis) à bord compris, se ressentent assez peu sur l’agrément et les performances. Les 400 Nm disponibles dès 1 750 tr/min autorisent des “décollages” vigoureux et des relances sécurisantes. La boîte automatique n’engendre aucune perturbation en jouant de ses 8 rapports avec fluidité. Ce 4-cylindres 2.0 ne rechigne donc pas à l’effort. Hélas, il ne manque pas de le faire savoir. Par sa consommation, assez déraisonnable pour un diesel quand le rythme s’accélère, et surtout, par son bourdonnement trop présent à bord.

Voilà qui fait tache au sein d’un habitacle élégant et très sérieusement fabriqué, à rendre jaloux une Mercedes Classe C. D’un autre côté, cette présentation aux accents scandinaves, assortie d’un accueil douillet, donne des envies de conduite zen, ce qui limite d’autant ces intrusions mécaniques. Le sport n’est de toute façon pas le fort de cette Volvo. Si sa transmission intégrale renforce encore un peu plus l’efficacité de son comportement, son tempérament demeure bien plus placide que celui d’une Peugeot 508 SW ou d’une Mazda 6 Wagon.

Ce qui conforte dans l’idée que le châssis sport dont s’accompagne cette finition R-Design dégrade inutilement le confort sans réellement apporter un supplément de dynamisme. Mieux vaut éventuellement se contenter du niveau inférieur Momentum et investir une partie des plus 6 000 € d’écart de prix dans quelques options bienvenues...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale