Le compost humain, une solution pour réduire l’impact environnemental de la mort ?

Le compost humain, une solution pour réduire l’impact environnemental de la mort ?
Source : lemonde.fr
15/03/2019 11:00

L’Etat de Washington a adopté un texte permettant de transformer le corps de défunts en compost. Des expérimentations sont en cours en Belgique.

Fantasme new age ou bonne idée pour sauver la planète ? De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer le droit de retourner – littéralement – à la terre après leur disparition. Non plus allégoriquement, comme dans la formule prononcée lors de la célébration des funérailles par l’Eglise d’Angleterre« ce qui est terre retourne à la terre » – mais de façon organique, afin de réduire l’impact environnemental de la mort.

Jamie Pedersen, un élu démocrate du Sénat de l’Etat de Washington, dans l’ouest des Etats-Unis, a déposé, le 16 janvier, un projet de loi élargissant les possibilités offertes aux défunts et à leurs familles. Aux traditionnelles crémations et inhumations – pratiques traditionnelles mais polluantes –, il propose d’ajouter l’aquamation funéraire (par hydrolyse alcaline, le corps étant dissous dans un bain chimique, une pratique légalisée dans seize Etats américains) et surtout le compost humain, aussi appelé humusation des corps.

Le texte, adopté par la législature de l’Etat de Washinton, n’attend plus que la signature de Jay Inslee, le gouverneur démocrate de l’Etat, pour entrer en vigueur, précise le New York Times.

Expérimentation en Belgique

La pratique n’est, pour l’instant, autorisé nulle part. En Belgique, le débat a été lancé voilà quelques années par la Fondation Métamorphose pour mourir… puis donner la vie !. Celle-ci veut « intégrer l’humusation, aussi vite que possible, dans les législations » et a lancé une pétition qui a recueilli 27 000 signatures, écrit la Libre.

En janvier 2018, le groupe Ecolo du conseil communal de Mons a déposé une motion relative à la reconnaissance de l’humusation comme mode légal de sépulture, écrit L’Avenir. En octobre 2018, le Conseil communal de Liège a quant à lui approuvé à l’unanimité une motion visant à reconnaître le principe de l’humusation. « L’Université catholique de Louvain va procéder à des tests sur deux porcs. Les résultats sont attendus pour 2020 », note la RTBF.

Sur le site Humusation.org, la fondation Métamorphose pour mourir… décrit le processus d’humusation : « Il s’agit d’un processus contrôlé de transformation des corps par les micro-organismes dans un compost composé de broyats de bois d’élagage, qui transforme, en douze mois, les dépouilles mortelles en humus sain et fertile. La transformation se fera hors sol, le corps étant déposé dans un compost et recouvert d’une couche de matières végétales broyées. En une année, l’humusation (…) produira +/- 1,5 m³ de super-compost ».

Processus écologique, selon ses promoteurs

Les promoteurs de cette démarche revendiquent son caractère écologique. « Contrairement à l’enterrement », le processus « ne nécessite pas de cercueil, pas de frais de concession dans un cimetière, pas de frais de pierre tombale, ni de caveau, pas de frais d’embaumement, ni l’ajout de produits chimiques nocifs, elle ne provoque pas de pollution des nappes phréatiques par la cadavérine, la putrescine, les résidus de médicaments, les pesticides, les perturbateurs endocriniens », peut-on lire sur Humusation.org.

Et « contrairement à l’incinération, elle ne génère pas de rejets toxiques dans l’atmosphère, ni dans les égouts, pas de consommation déraisonnée d’énergie fossile (+/- 200 l d’équivalent mazout/personne), pas de location de columbarium, pas de détérioration des couches superficielles du sol lors la dispersion des cendres ».

In fine, plaident ses partisans, « le processus crée un humus riche, utilisable pour améliorer les terres ». Et après ? « Une fois le corps entièrement transformé en humus, la famille peut récupérer un seau de ce compost auquel est ajoutée une jeune pousse choisie à l’avance », écrit le site Simplifia, qui se présente comme « la référence du funéraire »...




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale