Oubliez le #FoodPorn, place à l'ère du #FoodStylist

Oubliez le #FoodPorn, place à l'ère du #FoodStylist
Source : nouvelobs.com
17/03/2019 09:02

Sur Instagram, il ne s'agit plus seulement de partager ses plats, il convient désormais de proposer un stylisme culinaire raffiné.

La scène se déroule sur la terrasse de GreenHouse, jolie cantine healthy à Ménilmontant, à Paris. Tout à coup, en plein repas, le voisin de tablée grimpe sur son tabouret en fer Tolix. Smartphone à la main, il prend une pose semi-acrobatique, les pieds au bord de l'assise, le buste dangereusement penché vers l'avant. Le jeune homme apostrophe alors une convive de la table, lui demandant de s'écarter avec sa chaise. Avant de redescendre pour réagencer la disposition face à lui : un verre est rapproché, une fourchette replacée, des pousses d'épinard chipées dans l'assiette d'à côté ajoutées à la sienne, quelques baies de goji parsemées...

Cet étrange manège n'interpelle personne. Ni ses amis, ni les autres clients. L'étonnant gaillard remonte sur son perchoir, prend finalement une série de photos, pour enfin se rassoir, et tapoter frénétiquement sur son téléphone, en sirotant un jus coloré. Ça y est, il s'arrête, il vient de partager un cliché de sa mise en scène sur Instagram, en prenant bien soin de mentionner le mot-clef #FoodStylist.

Le hashtag est devenu extrêmement populaire ces derniers temps, avec de nombreux amateurs et quelques professionnels qui partagent leurs images de coins de table enjolivés, rendant banale la scène d'un trentenaire en équilibre sur son tabouret au-dessus d'une assiette. Adieu le #FoodPorn, qui consistait à partager des images de ses repas, place à cette nouvelle ère d'un "stylisme culinaire" porté par des néophytes connectés.

Gloire au bol

Instagram totalise déjà plus d'un million de publications accolées au hashtag #FoodStylist. Y fleurissent les images de café latte et de salade de fruits, de bagels coupés en deux et de poulets rôtis, de macarons alignés et d'œufs mimosas... Mieux, les rosaces d'avocats en lamelle donnent presque le sentiment que le fruit mexicain est le thème d'un concours d'esthétique !

Tous redoublent de minutie et de rigueur pour que chacun des clichés soit équilibré, appétissant et harmonieux. En France, Lili Barbery-Coulon, ancienne rédactrice au "Vogue" et au "M" du "Monde", a été l'une des premières à se passionner pour ce loisir :

"En 2010, j'ai commencé à poster des photos de mes petits déjeuners sous le hashtag #PimpMyBreakfast. Je prenais aussi des photos de mes assiettes au restaurant ou dans les pâtisseries."

Et ça plaît ! Son compte Instagram totalise aujourd'hui plus de 40.000 abonnés, et a débouché sur la publication d'un livre de recettes et de photos – intitulé "Pimp My Breakfast" (éd. Marabout). Au-delà des petits dej', le stylisme culinaire se retrouve surtout dans des présentations graphiques fortes, comme avec les bentos japonais, les plats servis dans de la vaisselle vintage dépareillée façon maison de campagne, ou les boissons chaudes versées dans des tasses peintes. Mais, plus que ces exemples, l'icône absolue demeure le bol. Et tout y passe : ramens, salades, poké, bo-bun, donburi, bibimpabs...

Ce dernier, plat national coréen, a connu un récent succès dans les établissements de la capitale notamment pour son potentiel photogénique. Dû, selon Olivier Guez, du restaurant La Bibimerie, aux règles traditionnelles qui définissent sa composition : "Le bibimbap doit comporter cinq couleurs obligatoires, chacune correspondant aux bienfaits sur des organes : le rouge pour le cœur, le petit intestin et la langue ; le jaune pour l'estomac, la rate et la bouche ; le blanc pour les poumons, le gros intestin et le nez ; le noir pour les reins, la vessie et les os ; le vert pour la vésicule biliaire, les muscles et les yeux. Le bibimbap est un plat très visuel, avec le riz au fond et les légumes (carottes, courgettes, épinards...) disposés séparément sur le dessus. Mais il faut absolument bien mélanger avant dégustation."

Lili Barbery-Coulon estime que cet engouement pour les bols a une origine d'ordre stratégique : "Se servir dans un petit récipient permet d'avoir l'impression de quelque chose qui déborde, de très copieux, et donc de moins manger."..

 




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale