Comment le monde du football s'est converti au rap

Comment le monde du football s'est converti au rap
Source : Lepoint.fr
19/03/2019 10:01

De Vegedream à « Matuidi Charo », un documentaire diffusé mardi soir sur Canal+ raconte comment la fascination entre les deux milieux a renforcé leurs liens.

S'il y avait deux choses à retenir de la Coupe du monde des Bleus, beaucoup répondraient la demi-volée de Benjamin Pavard et le titre de Vegedream «  Ramenez la coupe à la maison  » (127 millions de vues sur YouTube). Lors de son retour au Stade de France, l'équipe de France a d'ailleurs fait venir le rappeur pour un tour d'honneur en musique. Une première dans l'histoire. «  À mon époque, ça aurait plutôt été Johnny Hallyday  », remarque le champion du monde 98, Lilian Thuram. Mais les temps ont changé, et aujourd'hui, rares sont les joueurs de football français à ne pas baigner dans la culture rap. C'est ce que raconte le nouveau documentaire de Canal+ réalisé par Cyril Domanico : Foot et rap, nés sous la même étoile, diffusé mardi à 20 h 45 sur Canal+. «  Ça faisait plusieurs années que je voulais faire ce film, explique le journaliste. En suivant les deux milieux au quotidien, j'ai remarqué qu'ils s'affichaient de plus en plus ensemble. Et puis les footballeurs ont rendu hommage au rap dans leurs célébrations de but  », notamment Blaise Matuidi et sa danse «  Matuidi Charo  » en référence aux textes de Niska.

Il est vrai que le «  mariage  » entre rap et foot ne remonte pas à si longtemps. Le documentaire montre, images d'archive et clips de rap à l'appui, qu'en 1998, les joueurs d'Aimé Jacquet écoutaient encore de la variété française ou de la musique classique pendant leurs temps de repos. C'est le groupe marseillais IAM qui va, en premier, populariser le thème du foot avec son titre «  Le feu  ». Dès sa sortie en 1993, le couplet est repris par les supporters de l'OM au stade Vélodrome : «  Ce soir on vous met, ce soir on vous met le feu  ».

 

Petit à petit, le rap s'impose dans les vestiaires de ligue 1. D'autres rappeurs marseillais comme REDK y font référence. Dans «  Halla Halla  », Soprano se met même en scène sur la pelouse du stade Vélodrome pour rendre hommage à l'OM. À Paris, c'est Doc Gynéco qui se lance en 1996 avec «  Passements de jambes  », et plus récemment Niska et MHD qui chantent à la gloire du PSG. Avec les nouvelles générations, le rap se démocratise et n'est plus réservé aux jeunes des quartiers populaires. L'attaquant de Saint-Étienne Remy Cabella, fan de Jul, raconte ainsi dans le documentaire vouer un culte au rappeur marseillais, dont il connaît la plupart des paroles. Il apparaît même dans son clip «  En Y  » avec le défenseur international français, Benjamin Mendy...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale