La crise de l’eau s’installe au Maroc

La crise de l’eau s’installe au Maroc
Source : leconomiste.com
21/03/2019 10:00

Le Maroc figure toujours parmi les pays qui font face à des stress hydriques de différents niveaux (voir carte). Il est question précisément du stress hydrique physique qui désigne le rapport entre la quantité totale d’eau douce prélevée annuellement par tous les grands secteurs (y compris les besoins environnementaux en eau) et la quantité totale de ressources renouvelables en eau douce.

Plus de 2 milliards de personnes vivent dans des pays soumis à un stress hydrique physique élevé, selon le rapport mondial des Nations unies(1) sur la mise en valeur des ressources en eau 2019 «Ne laisser personne pour compte», publié par l’Unesco pour l’ONU-Eau.

Bien qu’au niveau mondial le stress hydrique ne se situe qu’à 11%, 31 pays (dont le Maroc) sont confrontés à un stress hydrique compris entre 25% (soit le seuil minimal de stress hydrique) et 70%. Dans 22 pays, le stress hydrique est de plus de 70%, ce qui veut dire que ces pays subissent un fort stress hydrique. Notons que l’expérience du captage de brouillards à Aït Baamrane est citée par les auteurs du rapport.

Au Maroc, l’accès aux services élémentaires d’eau en milieu urbain atteint 96%, contre seulement 65% dans les zones rurales du pays. Le World Resources Institute (WRI, Institut des ressources mondiales) qui s’appuie sur les données émanant du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) avait déjà prédit une situation de stress hydrique pour le Maroc à long terme.

Les chercheurs du WRI avaient relevé la prédominance de trois secteurs les plus voraces en consommation d’eau: industriel, agricole et domestique (cf. notre édition N° 5209 du 14/02/2018). Pour faire face au problème de pénurie d’eau, le gouvernement a mis en place un programme d’urgence. Le plan national de l’eau, destiné à assurer la sécurité hydrique du Royaume, nécessitera plus de 200 milliards de DH à l’horizon 2030.

Plusieurs pays de la région Mena sont situés dans la zone rouge: cas de l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Libye, le Soudan… La région arabe est la plus touchée par le stress hydrique au monde. Les ressources renouvelables totales du monde en eau s’élèvent à une moyenne de 7.453 m3 par an et par habitant, tandis qu’elles sont seulement à 736 m3 par habitant et par an dans cette région, selon les dernières données disponibles d’Aquastat (le système mondial d'information sur l'eau de la FAO, développé par la Division des terres et des eaux).

La pénurie d’eau, per capita, s’intensifie, et continuera de l’être avec la croissance démographique et les changements climatiques, alerte la publication intitulée «Ne laisser personne pour compte». Ces tendances ont contribué à l’appauvrissement des nappes phréatiques, à la perte de terres arables pour la production agricole et au déplacement de personnes lorsque les ressources en eau étaient insuffisantes pour permettre la santé, le bien-être et les moyens de subsistance. Le défi de garantir l’accès aux services d’eau pour tous lors de pénuries d’eau est encore plus grand dans les situations de conflit, où les infrastructures de l’eau ont été endommagées, détruites et prises pour cible...




Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale