Un Brexit dans la douleur : 1.000 jours perdus

Un Brexit dans la douleur : 1.000 jours perdus
Source : LesInfos.ma
21/03/2019 11:40

Tandis que la Première ministre britannique réclame un nouveau report du Brexit, au 30 juin prochain, l'Union européenne se dit prête à accorder ce nouveau délai à condition que les députés approuvent l'accord de retrait. Une condition qui résonne comme un nouvel échec en perspective...

Risée des réseaux sociaux, âprement critiquée, Theresa May s'est à nouveau mise dans une situation bien peu enviable, en réclamant à l'UE un nouveau report du Brexit. « Ce report est un grand regret personnel pour moi », a déclaré Theresa May lors d'une courte allocution mercredi soir à Downing Street, après s'être entretenue avec des membres de l'opposition. En effet, à seulement neuf jours de la date prévue de la sortie du Royaume Uni, la Première ministre a demandé une « extension jusqu'au 30 juin » en vertu de l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui régit la sortie d'un pays de l'UE.

Cette requête, prévisible au vu du marasme dans lequel le clan de May s'est embourbé, a été accueilli avec circonspection du côté européen, lassé par les louvoiements britanniques. Le président du Conseil européen, Donald Tusk a néanmoins précisé croire qu'une « courte extension sera possible mais elle sera conditionnée à un vote positif sur le traité de retrait à la Chambre des Communes ». Un mur auquel se heurte la cheffe du gouvernement britannique. Elle a en effet vu à deux reprises son traité de retrait de l'UE, massivement rejeté à la Chambre des représentants, plongeant davantage le gouvernement dans la crise.

Risque d'un divorce brutal

Theresa May a pourtant déclaré que les Britanniques en avaient assez et qu'elle restait « déterminée » à mener à bien le Brexit, elle a estimé qu'il était « maintenant temps pour les députés de se décider », relaye l'AFP. « J'espère passionnément que les députés soutiendront l'accord que j'ai négocié avec l'UE », a-t-elle dit, ajoute la même source.

Si les intentions de Mme May restent louables, cherchant à éviter « à son pays une sortie brutale, sans accord et sans transition de l'UE, 46 ans après son adhésion », sa requête n'en est pas moins suspendue à l'aval unanime des 27 autres États membres réunis en sommet à Bruxelles jeudi et vendredi, et validée par les deux chambres du Parlement britannique avant le 29 mars, date théorique de la sortie.

« Même si l'espoir d'un succès final peut paraître frêle, voire illusoire, et bien qu'une fatigue du Brexit soit de plus en plus visible et justifiée, nous ne pouvons renoncer à rechercher jusqu'au tout dernier moment une solution positive », a déclaré Donald Tusk.

Du côté allemand, la chancelière Angela Merkel a confirmé jeudi devant les députés allemands que son gouvernement est d’accord pour un report de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, mais seulement si l’accord de retrait est validé par le parlement britannique. Un scénario allant dans le sens de celui avancé par le président du Conseil européen, mais en opposition apparente avec celui présenté par la France. Le gouvernement Macron a ainsi d'ores et déjà averti qu'elle s'opposerait à ce report s'il n'était pas justifié par une stratégie « crédible ». Malgré l'incertitude dans laquelle baigne Theresa May, elle déclare 1.000 jours après le référendum de juin 2016 qui a décidé du Brexit, qu' « en tant que Première ministre, je ne suis pas disposée à repousser le Brexit au-delà du 30 juin ».

Le risque demeure donc d'un divorce brutal entre Londres et l'UE, un scénario aux conséquences économiques redoutées d'un côté comme de l'autre.




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale