Au Nigeria, Boko Haram attaque une ville alors que l’armée prépare une offensive

Au Nigeria, Boko Haram attaque une ville alors que l’armée prépare une offensive
Source : lemonde.fr Afrique
10/04/2019 10:00

Dans le nord-est du pays, des membres présumés de la branche du groupe djihadiste affiliée à l’Etat islamiste en Afrique de l’Ouest ont attaqué Damaturu.

Des combattants de Boko Haram ont attaqué mardi 9 avril une ville du nord-est du Nigeria, tandis que l’armée se préparait à une offensive contre les islamistes dans la région, évacuant des milliers de gens. Selon des habitants de la ville de Damaturu, dans l’Etat de Yobe, des membres présumés de la branche de Boko Haram affiliée au groupe Etat islamiste en Afrique de l’Ouest (Iswap) sont derrière l’attaque.

« Des djihadistes de Boko Haram ont lancé une attaque sur Damaturu vers 17 h 45 [16 h 45 GMT], tirant des coups de feu et lançant des explosifs », a déclaré à l’AFP Adamu Sani, un commerçant. Les habitants cherchent à se mettre à l’abri et des commerces ont fermé, tandis que « des camions de soldats se dirigeaient » vers la ville, a-t-il précisé. Hashimu Idris, un fonctionnaire, a ajouté que « tout le monde est à l’intérieur. Nous prions pour que les soldats les repoussent [les djihadistes], sinon ce sera une nouvelle catastrophe pour la ville », déjà attaquée par Boko Haram en 2014.

Plus de 27 000 morts depuis 2009

Des membres d’une autre faction de Boko Haram, dirigée par Abubakar Shekau, avaient lancé un raid sur Damaturu le 1er décembre 2014 où plus de 150 personnes, dont 38 policiers, avaient été tuées. En juin de la même année, un attentat à la bombe avait fait 21 morts parmi des téléspectateurs regardant un match de football en public. Cette nouvelle attaque intervient alors que l’armée nigériane se prépare à une offensive contre le groupe islamiste dans l’Etat de Borno, voisin du Yobe.

Le conflit avec Boko Haram a fait plus de 27 000 morts depuis son début en 2009 et 1,8 million de personnes sont toujours déplacées dans le nord-est du Nigeria. Mais il n’est pas le seul à déchirer le pays le plus peuplé d’Afrique, une série de violences ayant fait plus de 100 morts rien que ces quatre derniers jours à travers le pays.

Dans le Sud-Est, des « cultistes », ces petits groupes criminels ou mafieux, employés par des individus à des fins politiques ou économiques, et qui mêlent souvent croyances et rites de magie noire, ont causé la mort d’au moins huit personnes, selon des responsables locaux. Dans le Sud-Ouest, dans l’Etat d’Ondo, un braquage de banque ayant mal tourné a fait sept morts lundi...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale