La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée jusqu'au 22 avril !

La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée jusqu'au 22 avril !
Source : Lesinfos.ma
12/04/2019 10:30

L'ancien PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi Motors avait été libéré sous caution début mars. De nouveau inculpé début avril, il va rester en garde à vue jusqu'au 22 avril.  

Moins de dix jours après sa dernière arrestation, le tribunal de Tokyo a autorisé ce vendredi la prolongation de la garde à vue de Carlos Ghosn jusqu'au 22 avril, dans le cadre de nouvelles accusations de malversations financières présumées.Cette décision a été annoncée dans un bref communiqué, n'en détaillant pas l'argumentaire.
À l'issue de cette période, l'ancien PDG de Renault-Nissan, âgé de 65 ans, pourra être inculpé, arrêté de nouveau pour un autre motif, ou encore être relâché sans poursuites.
Depuis sa nouvelle arrestation survenue le 4 avril à son domicile de Tokyo, un mois à peine après sa libération sous caution, Carlos Ghosn se trouve dans la prison de Kosuge (au nord de la capitale), où il est régulièrement interrogé par les enquêteurs du bureau des procureurs.
Les questions tournent principalement autour des soupçons de détournements de fonds de Nissan, via un distributeur de véhicules du constructeur automobile à l’étranger. Il s’agit du sultanat d’Oman, d’après une source proche du dossier citée par l’AFP.
Sur un total de 15 millions de dollars entre fin 2015 et mi-2018, 5 millions ont été utilisés pour son bénéfice personnel, selon le bureau des procureurs. « Sur cette somme, 5 millions ont été détournés », a précisé le bureau des procureurs dans un communiqué. « Le suspect a trahi sa fonction pour en tirer des bénéfices personnels ». Il aurait notamment acheté un yacht et investi dans une société dirigée par son fils aux Etats-Unis.

Ghosn dénonce un "acharnement"

Le matin de son arrestation, Carlos Ghosn a dénoncé via un communiqué une arrestation « révoltante et arbitraire ».Dans un entretien diffusé par TF1 et LCI, le magnat de l’automobile s’est dit « combatif ». « Je suis innocent, c'est dur, il faut le savoir et je fais appel au gouvernement français pour me défendre, pour préserver mes droits en tant que citoyen pris dans un engrenage incroyable à l'étranger » a-t-il déclaré. « Il y a beaucoup de mensonges dans ce qui a été dit et ces mensonges sont en train de se répéter les uns après les autres. (...) Il y a un acharnement qui n'est pas récent, qui a démarré le jour de mon arrestation, c'est-à-dire le 19 novembre 2018, il ne s'est jamais arrêté », a-t-il ajouté.
Lors d'une conférence de presse, Junichiro Hironaka, l'avocat de Carlos Ghosn, a déclaré que son arrestation était inattendue et qu'il ferait appel de cette nouvelle arrestation. Il a précisé que le parquet de Tokyoavait confisqué à cette occasion des documents dont l'homme d'affairesavait besoin pour préparer son procès. « L'épouse de Ghosn se trouvait avec lui lorsqu'il a été arrêté, et ils lui ont confisqué son passeport et son téléphone portable. Sa femme n'est pas une suspecte, cela est impardonnable », a ajouté l'avocat devant le club japonais des journalistes étrangers.
Un responsable du bureau des procureurs a alors justifié cette arrestation par le souci d'éviter « des destructions de preuves ».

Pour rappel, Carlos Ghosn, dont le destin a basculé le 19 novembre quand il a été interpellé à Tokyo, clame son innocence, se disant victime d'un « complot » ourdi par des dirigeants de Nissan.

 




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale