Il y a de la vie dans la mer Morte

Il y a de la vie dans la mer Morte
Source : Sciencesetavenir.fr
20/04/2019 07:06

Des bactéries réussissent à vivre sous 400 mètres de sédiments très salés de la mer Morte. Cela est révélé par une étude qui permet de mieux comprendre les mécanismes d’adaptation aux conditions de vies extrêmes.

SALINITE. Des chercheurs de l'Université de Genève (Unige) viennent de découvrir des bactéries vivant sous 400 mètres de sédiments de la mer Morte, dans un milieu hyper-salin, sans accès à la lumière et sans apport de nourriture et d'oxygène provenant de la surface. En reconstituant l'histoire de ce site géologique remarquable sur 200.000 ans, les chercheurs ont ainsi montré une pérennité de la vie malgré des variations de salinité très importantes. Actuellement, la teneur en sel est de 275 grammes de sel par litre (contre 20 à 40 grammes dans les océans) et seules des bactéries peuvent vivre dans cette eau. Cependant, on trouve des membres de ces mêmes familles de microbes jusque dans les sédiments, révèle l'article publié dans la revue Geology.

Le travail n’a pas été simple. Les carottes de 10 centimètres de diamètre ont été congelées dès leur sortie de forage pour conserver les traces de matériel vivant, puis en laboratoires, diverses techniques, dont le microscope électronique à balayage, ont permis d’identifier les vestiges de micro-organismes et d’extraire l’ADN ou les lipides présents dans le sel. C’est ainsi qu’a été révélée la présence de bactéries à la grande surprise des chercheurs. "Nous pensions que seules des archées, une forme plus rudimentaire de vie, pouvaient survivre dans de telles conditions, explique Daniel Ariztegui, chercheur au département des sciences de la Terre de l’UNIGE et principal auteur de l’article. Or, nous avons découvert pour la première fois la présence de bactéries ce qui pose question : comment ont-elles fait pour s’adapter ?".

Quelques éléments carbonés suffisent à ces bactéries pour occuper ce milieu hostile
 
ADAPTATION. Les explorations précédentes avaient révélé la présence d’archées du genre Halobactéria dans ces sols. Ces organismes sont présents dans les eaux du lac et sur toute la colonne de sédiments et ont donc survécu aux différentes modifications subies par cet environnement. La salinité de la mer Morte a en effet beaucoup varié lors des 200.000 ans couverts et elle a déjà connu les taux de salinité actuels pourtant provoqués par des causes anthropiques, les apports d’eau douce ayant diminué du fait des détournements effectués pour les activités humaines...
 
 

 




Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale