Ramadan : Les Marocains (très) en colère suite à la flambée des prix des produits alimentaires !

Ramadan : Les Marocains (très) en colère suite à la flambée des prix des produits alimentaires !
Source : Lesinfos.ma
08/05/2019 11:00

Comme l’impose désormais la « tradition », la flambée des prix des denrées alimentaires de première nécessité plonge les Marocains dans une colère noire. Ils dénoncent les abus des commerçants et appellent d’ores et déjà au boycott de certains produits.  

Le Ramadan a beau être le mois du jeûne, c’est précisément pendant cette période de l’année que la consommation des ménages augmente et que les prix des produits alimentaires crèvent le plafond. Et la simple loi de l’offre et de la demande ne suffit visiblement pas à justifier cette flambée des prix qui a lieu chaque année malgré les polémiques et les interminables bras-de-fer entre les consommateurs et les commerçants. En effet, à en croire le bilan sur la situation d’approvisionnement du marché national des prix dressé le 17 avril dernier par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, la situation d'approvisionnement des marchés dans les différentes préfectures et provinces du Royaume « se distingue par une offre abondante qui répond à tous les besoins, notamment les denrées et produits les plus consommés, avant et pendant le mois de Ramadan », comme le précisent nos confrères de Médias24. Autrement dit, les marchés sont largement approvisionnés pour répondre à la demande. Pourtant, cette année, pas d’exception et les mauvaises habitudes sont de retour.
Le cas de l’oignon
Plusieurs Marocains manifestent leur colère sur les réseaux sociaux quant à l’augmentation du prix de l’oignon et appellent à son boycott avec le Hashtag « Laisse-le pourrir » comme cela avait été le cas l’année dernière pour le poisson. En effet, vendu en moyenne à trois dirhams le kilo, le prix de l’oignon a carrément quadruplé dans les marchés depuis une semaine. Mais cette flambée soudaine ne serait pas uniquement due à l’excès de zèle des commerçants. La faible pluviométrie serait aussi l’une des causes, la campagne agricole 2018-2019 ayant enregistré une baisse de 23% en comparaison avec la campagne précédente. Comme le souligne Tel Quel, les prix actuels de l’oignon sont similaires à ceux de 2016, année durant laquelle le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime avait alors lié la hausse des prix à une faible pluviométrie. Et à en croire les déclarations de Abdenabi Zerari, président de l’Association des producteurs d’oignons et de pommes de terre de la région d’El Hajeb, recueillies par l’hebdomadaire « les prix pratiqués actuellement pour la vente de l’oignon sont liés à l’offre qui est affectée par les faibles précipitations ». Les régions qui cultivent traditionnellement l’oignon, comme Chiadma, Doukkala, Ain Al Karma et Mdakra n’ont pas pu fournir les marchés nationaux en quantités suffisantes en raison de leurs faibles productions, a-t-il expliqué.
Le gouvernement compte sur les citoyens
Ce lundi, c’est lors des questions orales que le gouvernement a subi les foudres des députés au sujet de la flambée des prix. Et pour venir à bout de ce problème, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi a appelé les citoyens – comme cela avait été le cas l’année dernière - à dénoncer toute augmentation des prix des denrées alimentaires et toute commercialisation de produits périmés au cours du mois sacré de Ramadan via le numéro de téléphone national 5757, dédié à la réception des réclamations et observations des consommateurs par le ministère de l’Intérieur. « Le phénomène de la fraude et des produits périmés soulevé à l’occasion de chaque mois de Ramadan n’a aucun lien avec l’offre, dans la mesure où l’ensemble des produits alimentaires sont disponibles sur le marché », a-t-il affirmé, notant que le problème relève des pratiques de certains intermédiaires qui profitent de la hausse de la demande sur certaines denrées alimentaires à cette occasion.
Une « solution », qui n’a pas fonctionné l’année dernière, mais que le gouvernement utilise encore une fois histoire de garder la face et de calmer la colère légitime des Marocains…

 




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale