Evolution du Covid-19 au Maroc

7807
confirmés
205
décès
5459
guérisons
Les meilleures astuces pour vous rafraîchir durant cet été Washington inculpe 28 Nord-Coréens pour le détournement de 2,5 milliards de dollars Baccalauréat 2020 : Le ministère de l’Éducation nationale publie les référentiels des examens La Bourse de Casablanca clôture la semaine dans le vert HBO Max: dernier venu parmi les plateformes de streaming BAD : Akinwumi Adesina réfute les accusations à son encontre KPMG: le Real Madrid, club le plus cher au monde devant Manchester United Les cafés et restaurants refusent de reprendre l’activité en livraison et en service à emporter L'ancien Premier ministre Abderrahman El Youssoufi n'est plus Les services à emporter et en livraison autorisés pour cafés et restaurants dès ce vendredi 29 mai

Enquête russe : Le Sénat convoque le fils de Donald Trump

Enquête russe : Le Sénat convoque le fils de Donald Trump
Source : Lesinfos.ma
09/05/2019 10:00

Le Sénat américain souhaite entendre Donald Trump Junior, le fils aîné du président américain, dans le cadre de l’enquête sur la présumée influence russe pendant la campagne électorale de 2016.

Coup de tonnerre à Washington avec l’annonce surprise de la convocation au Congrès du fils aîné de Donald Trump et le refus inédit de la Maison Blanche de livrer certaines informations sensibles. Donald Trump Junior a ainsi été convoqué devant une commission du Sénat dans le cadre de l’enquête russe, ont indiqué ce jeudi des sources parlementaires et les médias américains. C’est d’ailleurs la première fois que le Congrès use de ses pouvoirs d’enquête pour convoquer un membre de la famille Trump, dont certains membres ont témoigné de leur plein gré dans le cadre de cette investigation tentaculaire sur les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle de 2016.

 

Un projet de Trump Tower à Moscou intrigue

Donald Trump Junior, 41 ans, qui gère les affaires familiales à la tête de la Trump Organization, a lui-même déjà été entendu pendant de longues heures par des commissions du Sénat en 2017. D’après les médias américains, qui citent des sources anonymes, la commission sénatoriale du renseignement, contrôlée par les Républicains, veut le revoir pour l’interroger sur ses déclarations de l’époque, notamment au sujet d’un projet de Trump Tower à Moscou. Selon le Wall Street Journal, il a refusé une invitation à comparaître, offrant de répondre aux questions des sénateurs par écrit. Il aurait désormais l’intention de s’opposer à sa convocation, ajoute le quotidien. Par ailleurs, le ministre de la Justice William Barr a refusé de livrer aux Démocrates la version complète du rapport d’enquête du procureur spécial Robert Mueller. Si la Chambre estime, lors d’un vote final, que William Barr a entravé les prérogatives d’enquête du Congrès, cela reviendra à constituer un dossier d’inculpation.
Dans son rapport d’enquête de près de 450 pages, remis fin mars, le procureur spécial Robert Mueller a écrit ne pas avoir trouvé de preuve d’une quelconque entente entre la Russie et l’entourage de Donald Trump en 2016, mais a dressé la liste d’une série de pressions troublantes exercées sur son travail. Le président assure depuis que le dossier est clos et s’estime totalement blanchi. Il n’a de cesse de dénoncer une coûteuse «chasse aux sorcières». Mais l’opposition démocrate, qui contrôle la Chambre des représentants, ne veut pas en rester là.
Donald Trump a par ailleurs nié à plusieurs reprises avoir eu le moindre intérêt économique ou financier en Russie, pendant que l’enquête tente de déterminer s'il y a eu collusion entre des membres de son équipe de campagne et Moscou, accusé par l'administration Obama d'avoir fomenté une campagne de désinformation et de piratage au détriment de la candidate démocrate Hillary Clinton. Michael Cohen, ancien avocat et homme de confiance du président américain, tombé depuis en disgrâce, avait reconnu devant un tribunal avoir menti sur ses contacts avec des responsables russes au sujet du projet immobilier de l'organisation Trump, baptisé « Projet Moscou » et qu’en réalité les discussions au sujet d’une « Trump Tower » en Russie s’étaient prolongées après juin 2016, soit pendant la course du magnat de l’immobilier à l’élection présidentielle.

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale