Brexit : La carotte d’un nouveau référendum ne passe pas

Brexit : La carotte d’un nouveau référendum ne passe pas
Source : Lesinfos.ma
22/05/2019 11:00

Theresa May a proposé aux députés de voter sur un « nouvel accord de Brexit », tentant ainsi de déverrouiller le processus de sortie de l’UE, repoussé à plusieurs reprises. Mais ses nouvelles propositions ont été rejetées quasi unanimement mardi soir. Plusieurs options se présentent aujourd’hui au Royaume-Uni pour une sortie avec le moins de fracas.  

Theresa May a annoncé mardi une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l’Union européenne, pour tenter de rallier la majorité des députés à son nouveau plan Brexit. Mais aucun leader politique n’a semblé séduit par ses propositions.
Les élus ont rejeté à trois reprises l’accord de Brexit conclu en novembre par la dirigeante avec Bruxelles, l’obligeant à repousser deux fois la date du divorce, désormais programmé pour le 31 octobre au plus tard. Cela a aussi contraint le gouvernement à organiser en catastrophe des élections européennes qui se tiennent ce jeudi, alors que le Royaume-Uni avait prévu de quitter l’UE le 29 mars.
Si les députés approuvent le projet de loi, qui leur sera présenté début juin, la Première ministre britannique entend les faire voter sur la tenue d'un second référendum sur le Brexit, ainsi que sur le maintien temporaire du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE. La dirigeante conservatrice s'est en outre engagée à garantir les droits des travailleurs et les normes environnementales, ce qui était aussi réclamé par l'opposition travailliste.


Plusieurs scénarios envisageables

 

Une sortie de l’UE serait a priori improbable. En effet, dans la semaine du 3 juin, Theresa May présentera aux députés son projet de loi sur le Brexit, version révisée et complétée comprenant le Traité de retrait conclu avec Bruxelles, que les députés ont déjà rejeté à trois reprises. Pour tenter de rallier ces derniers, la Première ministre britannique a annoncé une série de compromis : si les députés approuvent le projet de loi, elle entend les faire voter sur la tenue d’un second référendum sur le Brexit ainsi que sur le maintien temporaire du Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE. Toutefois, le Parlement britannique avait rejeté à la mi-mars la tenue d’un second référendum, une idée défendue par plusieurs partis mais rejetée par les pro-Brexit et redoutée par d’autres, qui craignent que cela aggrave les divisions du pays. Au cas improbable où les députés adopteraient cette fois le texte via le projet de loi qui leur sera soumis, le Royaume-Uni pourrait alors quitter l’UE dès le 31 juillet avec un accord prévoyant une transition et amortissant le choc.
Dans le cas où les députés rejetteraient à nouveau l’accord de sortie et qu’aucune solution n’est trouvée d’ici fin octobre, le Royaume-Uni pourrait demander à l’UE un nouveau report, puisque ni les députés britanniques, ni les Européens ne souhaitent une sortie sans accord.
En revanche, le « No deal » - scénario estimé désastreux par les milieux économiques – est tout à fait probable et signifierait une sortie sans transition de l’UE. Les relations entre le Royaume-Uni et l’UE seraient alors régies par les règles de l’Organisation internationale du Commerce, le pays ayant quitté du jour au lendemain le marché unique et l’union douanière.

Si les députés rejettent pour la 4e fois l’accord de Brexit de Theresa May, les jours de la dirigeante conservatrice seront comptés et son successeur ne pourrait qu’être un partisan du Brexit. Ça sera donc à lui de choisir à ce moment-là s’il préfère un Brexit dur, permettant au pays de nouer ses propres accords commerciaux ou s’il veut à nouveau négocier avec l’UE. Mais cette dernière a affirmé que le seul accord possible était celui conclu avec Theresa May.

 




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale