J’ai été sacrifiée par mon père

J’ai été sacrifiée par mon père
Source : femmesdumaroc.com
25/12/2015 12:16

Pour s’être enfuie après un mariage arrangé à 13 ans, Ytto a vu toute sa vie gâchée. Privée de son enfance, elle vit aujourd’hui exclue au milieu des siens sans aucune perspective d’avenir. Ni mariée, ni divorcée, Ytto ne peut refaire sa vie légalement en raison de coutumes encore très ancrées dans la région. Témoignage.

“J’avais 13 ans quand mon père m’a mariée à un cousin de 18 ans. Je le connaissais à peine pour ne l’avoir vu que quelques fois à la maison. Il avait l’air gentil et avenant. Mais le soir de nos noces, j’ai vu son vrai visage quand il m’a sauvagement violée. Je ne pouvais rien faire ni même me plaindre car c’était mon mari. Les choses se passent ainsi chez nous. Je suis devenue son esclave, battue et insultée en permanence. C’était un vrai cauchemar. Personne dans la famille ne prenait ma défense : j’étais sa chose et il avait le droit de faire de moi ce qu’il voulait.

Au bout de deux mois, j’ai craqué. Je savais que si je restais, il allait me tuer. Je me suis alors confiée à ma mère qui m’a aidée à organiser ma fuite. C’est ainsi que j’ai rejoint ma sœur à Tan Tan où elle vivait avec son époux.

à aucun moment, mon mari n’est venu me chercher. C’est comme si je n’avais jamais existé. Quant à mon père, il m’en a énormément voulu d’avoir déshonoré la famille. Pendant plusieurs mois, il a refusé de me voir et de me parler. Je n’avais de nouvelles que par ma mère qui m’appelait en cachette.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour me remettre de cette histoire. C’est grâce au soutien de ma sœur que j’ai retrouvé goût à la vie. J’ai repris l’école que j’avais quittée à la fin du primaire et je me suis fait des amies de mon âge. Je venais de fêter mes quatorze ans et je me sentais enfin libre. Libre de choisir ma vie. Mais malheureusement, les choses ne se passent jamais comme on le voudrait.

Au bout de dix mois, ma présence a commencé à gêner mon beau-frère. N’ayant aucune ressource, je me suis vue contrainte de revenir chez mes parents, à Timtic dans la région de Zagora. à mon retour, j’ai essayé de convaincre mon père de m’inscrire au collège et de me laisser étudier pour que je puisse faire quelque chose de ma vie. Mais il n’a rien voulu entendre. Pour lui, je n’existais plus.

...

 




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale