Médicaments en rupture de stock : Anass Doukkali se veut rassurant

Médicaments en rupture de stock : Anass Doukkali se veut rassurant
Source : Lesinfos.ma
11/06/2019 15:00

Le ministre de la Santé, Anas Doukkali s'est exprimé lundi au sujet de la problématique question de ruptures des stocks de médicaments. S'il a livré quelques explications à l'origine de cette situation handicapante pour les professionnels de santé autant que pour les citoyens, il s'est avant tout attaché à rassurer...

Voilà une ombre au tableau, que le ministre de la Santé Anass Doukkali, s'est empressé d'écarter. La dérangeante question de la rupture – récurrente et prolongée – des stocks de médicaments sur le marché national a en effet était longuement abordé lundi à la Chambre des représentants. Rapidement, le ministre de la Santé a souligné que près de 7.000 médicaments sont commercialisés et « moins de 5% d'entre eux » présentent un risque de rupture. Il ajoute par ailleurs que la production nationale répond à 65% des besoins en médicaments.

 

Les raisons de la rupture

 

En guise d'explications, Anass Doukkali affirme que la rupture de certains médicaments est due à plusieurs raisons, notamment les procédures légales relatives au contrôle du stock provisoire des médicaments, conformément au décret promulgué en 2002. Un levier légal sur lequel le ministère de la Santé s'est particulièrement penché, assurant que le texte juridique en question est « en phase d'actualisation » avec le ministère des Affaires générales et de la gouvernance.

Le ministre a également indiqué que les facteurs externes de rupture peuvent concerner la société mère et les matières premières concentrées dans trois principaux pays, à savoir les États-Unis, la Chine et l’Inde, ainsi que l’attractivité du marché. « Cette situation peut être surmontée par l’octroi des licences temporaires ou le recours aux marchés publiques », a-t-il noté.

Dans les colonnes de plusieurs médias nationaux, les pharmaciens – en première ligne durant les périodes de ruptures de stock – évoquaient leur désarroi quant au manque d'informations voire de transparence en matière de rupture de marchandises. Lorsque certains faisaient état de pénurie, d'autres préféraient le terme de rupture, sans toutefois avoir de visibilité quant à la remise sur le marché des médicaments défaillants.

Ainsi en avançant ce semblant d'explications, le ministère de tutelle tend partiellement à répondre aux interrogations des professionnels du secteur et entend rassurer quant à l'évolution de la situation avec la révision des textes juridiques.

 

La couverture médicale en question

 

Relayé également par la MAP, le ministre a aussi souhaité répondre à une autre question orale sur l'élargissement de la couverture médicale. Il a ainsi souligné que cette dernière est estimée à 60%, mettant en avant l’action entreprise dans la perspective d’élargir ce taux, englobant ainsi la catégorie des indépendants. Il a, également, évoqué le projet de loi dédié à la couverture médicale des parents, précisant qu'environ 200.000 personnes seront prises en charge dans ce contexte, à condition de réviser le taux de souscription de tous les adhérents.

 




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale