Célébrations du 4 juillet aux États-Unis : Démonstration de force et abus de pouvoir de Trump ?

Célébrations du 4 juillet aux États-Unis :  Démonstration de force et abus de pouvoir de Trump ?
Source : Lesinfos.ma
04/07/2019 11:00

Des chars d'assaut et un discours de Donald Trump pour accompagner les traditionnels feux d'artifice : Washington se prépare jeudi à une fête nationale du 4 juillet très différente de celles qui l'ont précédée, avec un président au centre de célébrations d'ordinaire apolitiques. De nombreux détracteurs s'insurgent ouvertement contre la récupération à des fins politiques de cette fête nationale et contre la tenue d'un meeting au coût faramineux.   

« Ce sera le spectacle d'une vie! » L'annonce présidentielle, embrasant le réseau social Twitter, correspond en tout point à la désormais réputée exubérance du milliardaire républicain, Donald Trump. Depuis la Maison-Blanche, le président américain a ainsi promis « les plus grandes festivités du 4 juillet de l'histoire » de la capitale fédérale américaine. Et pour cause, Donald Trump séduit par le défilé militaire du 14 juillet en France, a décidé de s'en inspirer... et de « faire mieux ». Il entreprend alors ce jeudi 4 juillet de rompre avec la tradition de l'Independence Day américain, habituellement une journée de trêve – politique notamment -, et de déployer des chars et des avions de chasse après avoir prononcé un discours sur le National Mall à Washington. 

 

Un abus de pouvoir 

 

Pour ne rien négliger, Donald Trump fait également appel à Air Force One, le Boeing 747 modifié des présidents américains, qui devrait survoler Washington, tout comme plusieurs avions de guerre F-35, les plus modernes au monde. Les Blue Angels, une patrouille d'acrobaties aériennes, effectuera une démonstration. Enfin, un nouvel exemplaire de Marine One, l'hélicoptère présidentiel, devrait prendre les airs.

Des festivités en très grande pompes et un bouleversement de l'ordonnancement de la fête de l'indépendance a aussitôt fait grincer des dents, surtout chez l'opposition, et plusieurs élus démocrates du Congrès. Montés rapidement aux créneaux, ils ont mis en garde le président - d'ores et déjà en campagne à se propre succession pour la présidentielle de 2020 - contre la tentation d'un « meeting de campagne partisan et télévisé ».

Relayé par le Courrier International, le Los Angeles Times fulmine face à ce spectacle inacceptable. Selon cette même source, Trump s’apprête à donner « un grand spectacle pour lequel le Comité national du Parti républicain offre des places VIP aux grands donateurs » de la campagne de réélection du président. « Ses détracteurs affirment que l’événement, qui a longtemps incarné l’unité nationale non partisane, a été transformé en un coûteux meeting ‘Rendre à l’Amérique sa grandeur’ [le slogan électoral de Trump], payé par le contribuable ». Et de s’interroger par ailleurs: « Les célébrations du 4 juillet de Trump sont-elles un abus de pouvoir ? » Une question à laquelle le magazine conservateur The Atlantic répond sans équivoque ! Dans les colonnes du magazine, citées par le Courrier International, l'éditorialiste assure qu'il s'agit d'une « violation des traditions culturelles et constitutionnelles américaines fondamentales, écrit-il. Faire danser les militaires pour le bon plaisir du président est encore un abus des relations entre civils et militaires. Mais associer un jour férié non partisan à un parti politique – avec les républicains distribuant des tickets à un événement organisé dans notre capitale à tous – porte une nouvelle atteinte à la confiance des citoyens. »

 

Ego surdimensionné 

 

Si le vice-président Mike Pence s'est félicité « d'une incroyable démonstration (des capacités) de la merveilleuse armée de notre pays », le candidat démocrate à la présidentielle Pete Buttigieg a lui jugé que le président utilisait les militaires pour se mettre en valeur et « booster son ego ».

Une nouvelle critique que le président balaye d'un revers de tweet en affirmant dès mardi que : « Le Pentagone et nos formidables dirigeants militaires sont enchantés de faire cela et de présenter au peuple américain, entre autres choses, l’armée la plus forte et la plus moderne du monde », précise le site USA Today. Du pain béni pour le Washington Post qui ironise volontiers. « Trump assure que ses généraux sont ”enchantés” de son salut à la nation du 4 juillet. Leur silence semble prouver l’inverse ». Le Pentagone s’est refusé à tout commentaire, renvoyant les journalistes vers la Maison-Blanche, seule organisatrice des cérémonies, signale la même source. Pour Loren DeJonge Schulman, une ancienne membre de l’administration Obama, les haut gradés de l’armée ne devraient pas laisser Donald Trump « laisser entendre qu’ils soutiennent ce cirque. Ils ne devraient pas laisser le président utiliser abusivement leur image à des fins politiques sans la moindre contestation ». Le général quatre étoiles à la retraite, Anthony C. Zinni, cité par le New York Times, sera nettement moins délicat pour évoquer les défilés militaires organisés par Trump. Il déclare sans ambages : « Montrez des soldats pour que nous puissions les remercier – mais laissez les chars à la place Rouge ».

Autre gros point polémique : le coût de ces festivités. Un véritable « gâchis d'argent », s'est ainsi exclamé le candidat à la Maison Blanche Julian Castro. Et pour cause, il faudra compter pas moins de 2,5 millions de dollars ponctionnés des réserves financières des parcs naturels, une administration déjà en difficulté financière, pour organiser ce rendez-vous national.

Pour Donald Trump, l'argument financier n'est pas valide. Il y répond en effet en précisant, sur Twitter pour ne rien changer que « le coût serait très modeste », car « les avions et les pilotes sont à nous, l’aéroport est juste à côté, la seule chose dont on a besoin, c’est de kérosène ». 

Le président américain prononcera une allocution à 18H30 (22H30 GMT) - un « hommage à l'Amérique » - sur les célèbres marches du Lincoln Memorial, d'où Martin Luther King prononça son discours historique « I have a dream » en 1963. Belle ironie...

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale