Affaire Rugy: l’opposition s’offusque, la majorité embarrassée

Affaire Rugy: l’opposition s’offusque, la majorité embarrassée
Source : Lefigaro.fr
11/07/2019 10:00

LE SCAN POLITIQUE - Les révélations de Mediapart ont mis à mal le ministre de la Transition écologique. Alors qu’il doit faire face aux demandes de démissions de l’opposition, François de Rugy ne peut pas compter sur un franc soutien de la majorité.

Zone de turbulences pour François de Rugy. En deux jours, le ministre de la Transition écologique a été trois fois épinglé par Mediapart. Le site d’investigation en ligne a dévoilé mercredi l’organisation de dîners privés fastueux à l’Hôtel de Lassay en 2018 lorsqu’il était encore président de l’Assemblée. Mediapart a également révélé que sa directrice de cabinet était locataire d’un logement social à Paris alors qu’elle n’y habitait plus entre 2006 et 2018. Enfin, le site a affirmé que le ministre de la Transition écologique avait dépensé plus de 63.000 euros de travaux pour mettre un coup de neuf à l’appartement privé de son ministère. Autant de dépenses publiques qui ont indigné l’opposition...

L’ancienne ministre de l’Environnement, Delphine Batho, a été la première à s’offusquer mercredi, estimant que «sa démission s’imposait». «Cela me paraît moralement inacceptable. L’argent public n’est pas fait pour organiser des dîners fastueux», a jugé la présidente de Génération écologie à l’AFP. Julien Bayou, le porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts, a lui aussi réclamé son départ du gouvernement jeudi, jugeant que le ministre avait «fauté». «Ce ne sera pas une grosse perte (...) Le ministre Rugy n’apporte rien en matière d’écologie», a-t-il raillé sur Radio Classique. À droite aussi, les critiques fusent. «Si c’est ça la République exemplaire beaucoup de Français seront déçus», a ironisé sur Sud Radio le sénateur et cadre de LR, Bruno Retailleau. «La révolte des “gilets jaunes” c’est une révolte aussi contre les privilèges des Français qui travaillent et n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois, donc il faut faire extrêmement attention», a-t-il prévenu.

La majorité comprend «l’indignation»

Pour l’heure, François de Rugy «conserve bien évidemment la confiance» d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Un certain embarras se fait pourtant sentir dans les rangs de la majorité. «Je trouve les montants choquants», a reconnu sur BFM TV Benjamin Griveaux qui vient d’être investi par LREM pour être candidat à Paris en 2020. «Plus la lumière peut être faite, plus c’est transparent, mieux c’est. Ce n’est pas à moi de m’ériger en procureur pour savoir si on le soutient ou pas», a soutenu l’ancien porte-parole du gouvernement.

Sur LCI, la secrétaire d’État Marlène Schiappa a elle aussi dit comprendre «l’émotion et l’indignation». «On a parlé des gilets jaunes pendant des mois. J’ai reçu des mères isolées qui n’ont pas les moyens juste de payer des pâtes et de gruyère à leurs enfants à la fin du mois. Je comprends tout à fait qu’en voyant des photos de vins à plusieurs centaines d’euros et de homard, il y ait une ferme indignation», a-t-elle reconnu. Même si elle ne souhaite pas «accabler» le ministre, elle tient à souligner: «Une des premières mesures que j’ai prise (à son ministère) c’est qu’on conserve de l’eau en carafe et des plats extrêmement simples»...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale