Les Français ne font plus confiance aux géants du web

Les Français ne font plus confiance aux géants du web
Source : Sciencesetavenir.fr
11/07/2019 16:06

Après les scandales liés aux données personnes survenus ces dernières années, les Français veulent, en grande majorité, que leurs données personnelles soient mieux protégées sur Internet.

Volontairement ou involontairement, nous laissons tous des traces de nous sur Internet. Il est parfois facile de s'en rendre compte, comme lorsqu'une publicité ciblée nous poursuit pendant des semaines après avoir fait une simple recherche sur un moteur de recherche. Parfois, nos données personnes sont récoltées voire réutilisées à notre insu. Lors du scandale Cambridge Analytica, les utilisateurs de Facebook apprenaient que les données personnelles de 87 millions d''utilisateurs du réseau social avaient été recueillies par la plateforme et réutilisées pour influencer leur vote en faveur d'hommes politiques.

Si bien que la sécurité des données personnelles et le pouvoir des Gafam (les géants du net, Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sont devenus des sujets de préoccupation. 93% des Français estiment que leurs données personnelles doivent être mieux protégées, selon une étude OpinionWay publiée ce jeudi 11 juillet 2019. La grande majorité d'entre eux (90%) pensent qu'elles sont convoitées par les Gafam et qu'elles ont un prix (78%) "qu'elle soit intrinsèque parce que ces données sont personnelles ou qu'elle soit marchande", explique Frédéric Micheau, directeur des études chez Opinion Way. Et ils ne sont pas enclins à les laisser filer, puisque 71% pensent que ces données leur appartiennent...

 

"Il y a 20 ans, la peur principale qui animait les internautes était celle des cyberprédateurs. On avait peur d'une menace qui vient de l'extérieur. Aujourd'hui, on craint une menace de i'intérieur", analyse Mickael Stora, psychologue, psychanalyste et spécialiste des questions numériques. "Les Gafam ont une présence invisible, un peu comme la matrice dans Matrix. On n'est jamais vraiment seul sur Internet. Même quand on pense l'être, il y a toujours des données que nous égarons en route."

54% des internautes estiment que c'est à eux-mêmes de se protéger

Pour se protéger, peu de solutions sont réellement envisagées. "Ce qui ressort clairement de l'étude, c'est que les Français n'ont confiance qu'en eux-mêmes. 54% estiment que c'est à eux-mêmes de se protéger, un chiffre bien plus élevé que toutes les autres solutions qui leur ont été proposées", commente Frédéric Micheau. Malgré la mise en place du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en 2018 par l'Union européenne, seuls 17% misent sur l'UE pour les protéger sur Internet. Les grands acteurs économiques n'ont pas la confiance des internautes non plus. Peu d'entre eux pensent que les fournisseurs d'accès internet (25%), les géants du web (13%), tout comme les compagnies d'assurance (7%), ou encore les enseignes de la distribution (2%) pourraient les protéger.

Pour se protéger, deux solutions principales sont envisagées. Le boycott de certaines applications ou sites internet (37%) ainsi que la réduction du temps passé en ligne (20%). "On voit qu'Internet est plus qu'entré dans les moeurs. Il fait partie de la vie quotidienne et il devient difficile de se détacher", estime Frédéric Micheau. Certaines catégories socio-professionnelles sont plus enclines que d'autres à passer moins de temps sur Internet. Parmi les personnes ayant indiqué vouloir réduire leur présence en ligne, les ouvriers et les employés sont plus nombreux (28%) que les cadres (19%). "Il est difficile de couper le cordon avec Internet. Cette dépendant s'est mise en place sur plusieurs années. Et puis Internet nous sert à communiquer, c'est aussi une forme de dépendance à l'autre", analyse Mickael Stora.

Amendes, boycott ou démantèlement

Pour empêcher l'apparition de nouveaux scandales, une mesure se détache nettement des autres. 52% des sondés misent sur des amendes réellement dissuasives, donc avec un montant assez élevé. Viennent ensuite les meilleures technologies de protection des données personnelles (34%). Certaines mesures, moins populaires, visent à s'attaquer de front au Gafam, comme par exemple en boycottant massivement les sites ou des applications concernées (26%) ou encore en démantelant les géants d'internet (14%). Près d'une personne sur dix (9%), désabusée, pense que rien ne peut empêcher la survenue de nouveaux scandales. 

"Les gens disent souvent qu'ils n'ont rien à cacher sur Internet. En réalité, ils confondent les informations qu'ils publient volontairement sur leurs profils Facebook, sur Instagram ou sur Linkedin avec les informations collectées à leur insu par les grands acteurs du web. Cette liberté d'expression est en fait une sorte de piège tendu sur internet. L'ingénieur qui a inventé le "like" a dit lui-même qu'il avait créé un monstre. Nous sommes pris dans cette course à la perfection de la beauté et de la performance qui nous tyrannise", résume Mickael Stora. Une chose est sûre, le lien entre les géants du web et leurs utilisateurs est brisé. 61% des Français disent avoir perdu confiance dans l'honnêteté des acteurs d'internet.

 

Volontairement ou involontairement, nous laissons tous des traces de nous sur Internet. Il est parfois facile de s'en rendre compte, comme lorsqu'une publicité ciblée nous poursuit pendant des semaines après avoir fait une simple recherche sur un moteur de recherche. Parfois, nos données personnes sont récoltées voire réutilisées à notre insu. Lors du scandale Cambridge Analytica, les utilisateurs de Facebook apprenaient que les données personnelles de 87 millions d''utilisateurs du réseau social avaient été recueillies par la plateforme et réutilisées pour influencer leur vote en faveur d'hommes politiques.

Si bien que la sécurité des données personnelles et le pouvoir des Gafam (les géants du net, Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sont devenus des sujets de préoccupation. 93% des Français estiment que leurs données personnelles doivent être mieux protégées, selon une étude OpinionWay publiée ce jeudi 11 juillet 2019. La grande majorité d'entre eux (90%) pensent qu'elles sont convoitées par les Gafam et qu'elles ont un prix (78%) "qu'elle soit intrinsèque parce que ces données sont personnelles ou qu'elle soit marchande", explique Frédéric Micheau, directeur des études chez Opinion Way. Et ils ne sont pas enclins à les laisser filer, puisque 71% pensent que ces données leur appartiennent. 

"Il y a 20 ans, la peur principale qui animait les internautes était celle des cyberprédateurs. On avait peur d'une menace qui vient de l'extérieur. Aujourd'hui, on craint une menace de i'intérieur", analyse Mickael Stora, psychologue, psychanalyste et spécialiste des questions numériques. "Les Gafam ont une présence invisible, un peu comme la matrice dans Matrix. On n'est jamais vraiment seul sur Internet. Même quand on pense l'être, il y a toujours des données que nous égarons en route."

54% des internautes estiment que c'est à eux-mêmes de se protéger

Pour se protéger, peu de solutions sont réellement envisagées.

 
 
Commenter Commenter

Tech/Médias Voir tous les articles
Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale