CAN : Amnesty International exhorte le Maroc à enquêter sur les heurts survenus à Laayoune

CAN : Amnesty International exhorte le Maroc à enquêter sur les heurts survenus à Laayoune
Source : Lesinfos.ma
02/08/2019 15:00

L’organisation Amnesty International, pour la défense des droits de l’homme, exhorte le Maroc a enquêter de façon impartiale sur les heurts survenus à Laayoune le 19 juillet, et ayant coûtait la vie à une jeune femme.   

Dans un communiqué publié ce vendredi l’ONGI Amnesty Internationale pointe le «recours excessif à la force par les forces de sécurité» à l’encontre de manifestations sahraouis, sortis dans les rues pour célébrer le sacre de l’Algérie à la Coupe d'Afrique des nations. 

 

Dans ce sens, une enquête «impartiale et efficace sur les attaques menées contre les manifestant·e·s» doit être menée et «toute personne soupçonnée d'en être responsable» doit être traduite en justice et ce dans le cadre d’un procès équitable, écrit la directrice adjointe pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International, Magdalena Mughrabi. 

 

Cette nuit-là, les manifestants arboraient des drapeaux algériens et réclamaient l’autodétermination du Sahara. Selon la wilaya de la région Laâyoune-Sakia-El Hamra, «un groupe d’individus incités par des parties ennemies a exploité le climat de célébrations spontanées par les citoyens pour commettre des actes de sabotage et de pillage obligeant les forces publiques à intervenir pour assurer la protection des biens privés et publics». 

 

Lors de l’intervention des forces de l’ordre plusieurs excès ont eu lieu, souligne Amnesty. Ainsi, se basant sur des vidéos et des témoignages, l’organisation affirme que «les forces de l'ordre, très présentes dans les rues et les cafés durant le match de football, avaient eu recours à une force excessive, jetant des pierres pour disperser la foule des manifestant·e·s et déclenchant des heurts».

 

 «Une jeune femme fauchée par deux véhicules des forces de l’ordre» 

 

Ces heurts auront couté la vie à une jeune femme de 24 ans, Sabah Njourni, qui selon la version officielle est décédée à l’hôpital régional de Laâyoune où elle a été transférée de la voie publique dans un état critique. Des témoins affirment à l’ONGI que la défunte a été «fauchée par deux véhicules des forces auxiliaires marocaines». 

 

Les témoins oculaires relatent que les deux véhicules l’ayant heurté «avaient accéléré en sa direction et ne s'étaient pas arrêtés pour lui porter secours ou vérifier comment elle allait». Dans ce sens, l’ONGI demande à ce que «tout membre des forces de sécurité identifié comme responsable de la mort de cette jeune femme soit traduit en justice». 

 

Les autorités marocaines avaient annoncé qu’une enquête avait été ouverte  sous la supervision du parquet compétent pour élucider les circonstances de ce décès, note l’agence de presse MAP. Par ailleurs, une autre enquête portera sur l’identification et arrestation de toute personne impliquée dans «ces actes criminels».

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale