Rapport du GIEC : L’humain responsable de tous les malheurs de la Terre

Rapport du GIEC : L’humain responsable de tous les malheurs de la Terre
Source : Lesinfos.ma
08/08/2019 16:00

Un rapport édifiant du GIEC dévoile au grand jour les effets néfastes de l’activité humaine sur notre planète. Approuvé par 195 pays, dont le Maroc, cette étude met en garde sur la dégradation des sols et donc d’un risque grave de famine à travers le monde, alors que la population mondiale ne fait que s’accroitre.  

A l’intention des décideurs, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié ce jeudi un rapport sur l’état alarmant de notre planète. Un texte de plus de 1 200 pages qui met l’accent sur notre responsabilité commune et avertit des dangers que l’on encourt.

Famine, épuisement des terres, hausses des températures, sécheresse dévastatrice sont quelques unes des difficultés que devra affronter l’humanité d’ici peu. Imbriqués les uns aux autres, ces facteurs pourraient conduire à l’épuisement de nos ressources, avertissent des chercheurs.

Se tourner vers des régimes alimentaires végétariens

Plus concrètement, l’activité humaine affecte directement plus de 70% de la surface terrestre. Avec toujours plus de bouches à nourrir, la surface de terre consacrée à l’agriculture n’a fait qu’augmenter aux fils des décennies. Loin d’être bénéfique, cette activité perturbe des écosystèmes déjà très sensibles aux changements climatiques, note le rapport.

Ainsi, cette activité a contribué «à la hausse des émissions de gaz à effet de serre, la perte d'écosystèmes naturels et le déclin de la biodiversité», souligne le rapport. De plus, seul notre système alimentaire génère «jusqu'à un tiers de nos émissions» de gaz à effet de serre, a souligné Eduardo Calvo Buendia, co-président du Giec.

Pire encore, cette production n’est pas répartie de façon égale, explique les chercheurs. En effet, dans ce rapport, il est également question du gaspillage alimentaire avec ce chiffre effarant aux alentours de «30% de la production totale de nourriture qui est gaspillée». De l’autre côté, le rapport souligne que 820 millions de personnes souffrent de famine.

La solution pour les experts serait d’intensifier la productivité des terres agricoles dans certains pays et essayer de trouver un nouvel équilibre. Dans la même lignée, les experts recommandent de se tourner vers des régimes alimentaires végétariens, sains et durables, bien que «le Giec ne prescrit pas les régimes des gens», a insisté son co-président, Jim Skea. Toutefois, il serait préférable de se tourner vers des régimes «tels que ceux basés sur les céréales secondaires, les légumineuses, les légumes, les noix et les graines», et qui permettrait de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Les signataires de cette étude jugent qu’il faut «agir vite». «Le dépassement ne pourra être évité que si les émissions de CO2 commencent à diminuer bien avant 2030 (…) Si des actions sont prises trop tardivement, les coûts augmenteront» martèlent les chercheurs.

 

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale