Italie: Salvini fait éclater la coalition populiste, colère du M5S

Italie: Salvini fait éclater la coalition populiste, colère du M5S
Source : nouvelobs.com
09/08/2019 02:01

Rome (AFP) - Matteo Salvini, l'homme fort du gouvernement italien et chef de la Ligue (extrême droite), a réclamé jeudi des élections anticipées, faisant éclater la coalition populiste et provoquant la colère de son allié du Mouvement 5 Etoiles (M5S) et du chef de gouvernement Giuseppe Conte.

Dans un communiqué diffusé à l'improviste peu avant 18H00 GMT, M. Salvini, vice-Premier ministre de M. Conte, a exigé une convocation immédiate "du Parlement pour prendre acte qu'il n'y a plus de majorité". "Restituons rapidement la parole aux électeurs", a-t-il lancé, après avoir eu deux longues discussions avec M. Conte entre mercredi et jeudi.

Il a aussi dénoncé les multiples "non" essuyés de la part de ministres M5S sur l'avancée des grands chantiers, la réforme de la justice, l'autonomie des régions etc...

Ces attaques ont provoqué la colère de son ex-allié Luigi Di Maio, chef du M5S, également vice-Premier ministre, ainsi que de M. Conte, proche du mouvement. "Ce n'est pas du ressort du ministre de l'Intérieur de convoquer le parlement, ce n'est pas à lui de dicter les étapes de la crise politique", a critiqué M. Conte.

Le chef du gouvernement a intimé à M. Salvini de "venir expliquer aux électeurs qui croyaient à la possibilité d'un changement les raisons qui l'ont amené à interrompre brutalement", l'expérience du gouvernement, alors que la Ligue a obtenu pratiquement tout ce qu'elle voulait. "Ce gouvernement en réalité a toujours parlé peu et travaillé beaucoup. Ce gouvernement n’était pas à la plage", a souligné M. Conte, dans une allusion à une tournée des plages lancée mercredi par Salvini.

La crise au sein de la coalition a été déclenchée par le dernier vote de la session parlementaire sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin, mercredi.

Le M5S s'est retrouvé à voter tout seul une motion contre cette liaison franco-italienne à grande vitesse, tandis que la Ligue apportait son soutien à deux motions de l'opposition en faveur du projet.

- La Ligue en position de force -

Les crises politiques en Italie ne se produisent généralement pas en été, encore moins en plein mois d'août, mais Matteo Salvini a estimé que cela n'avait pas d'importance.

"Les vacances ne peuvent pas être une excuse pour perdre du temps et les parlementaires peuvent revenir travailler la semaine prochaine, comme le font des millions d'Italiens, à moins qu'ils ne veulent sauver leurs privilèges", a estimé le chef de la Ligue dans le communiqué par lequel il a déclenché la crise.

La tension entre les deux alliés, la Ligue et le M5S, couvait depuis de longues semaines, plus spécialement depuis les élections européennes qui se sont traduites par un triomphe de la Ligue et un échec cuisant pour le Mouvement.

Ces élections ont marqué un retournement par rapport aux législatives de mars 2018 qui avaient attribué au M5S plus de 32% des voix et à la Ligue environ 17%. Aux Européennes, la Ligue a obtenu plus de 34%, le double du M5S, tombé à 17%.

Luigi di Maio, le chef du M5S très contesté en interne et peu offensif depuis les Européennes, a accusé dans la soirée Matteo Salvini de "faire passer les sondages en priorité et ses propres intérêts devant les intérêts du pays"...

 

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale