#PasTaPotiche : les hôtesses d’accueil ne veulent plus se taire

#PasTaPotiche : les hôtesses d’accueil ne veulent plus se taire
Source : Elle
23/08/2019 11:00

« Sois belle et tais-toi. » Et bien, non ! Les hôtesses d’accueil subissent le sexisme de plein fouet et ont décidé de le dénoncer. Ces dernières semaines, leurs témoignages affluent et une pétition a même été lancée pour faire bouger les choses. Enfin.

« Je vais vous indiquer le chemin, monsieur. -Le chemin vers votre lit ? Ça m'intéresse. » Des allusions sexuelles, des blagues grivoises, des commentaires machos sur leur physique ou encore des geste déplacés, elles en ont soupé. Les jeunes femmes qui travaillent dans l’événementiel souhaitent aujourd’hui dénoncer le sexisme qu’elles rencontrent parfois au quotidien, mais aussi leurs conditions de travail précaires, qui vont souvent de pair avec l’obligation d’être perchée sur de très hauts talons, en jupe courte et cela même en plein hiver. Avec bien sûr le risque d’être licenciée si elles disent quelque chose ou demandent une simple écharpe pour se protéger des courants d’air… Lancé en juillet dernier, le compte Twitter #PasTaPotiche compile des témoignages tous plus effarants les uns les autres.

« J’AI DÉJÀ DÛ PORTER DES TALONS DEUX TAILLES EN DESSOUS DE LA MIENNE PENDANT 3 HEURES SANS BRONCHER, UNE VRAIE TORTURE. »

Derrière ce compte Twitter, Alice, hôtesse d’accueil depuis six ans. La jeune femme est également à l’origine d’une pétition mise en ligne le 13 août dernier et baptisée « Dépotichons le métier d'hôtesse en événementiel ! ». A ce jour, elle a déjà été signée plus de 24 600 fois. « Si le métier d’hôtesse d’accueil peut s’avérer utile au quotidien, dans l’événementiel, il est aussi fréquent que je réalise des missions perchée sur des talons hauts en tenue de soirée pendant des heures sans bouger d’un poil et avec parfois pour seul tâche celle de sourire. A ce moment-là, j’ai réellement l’impression de passer aux yeux des autres pour une plante verte, c’est dégradant et je ne me sens pas utile dans mon travail », écrit-elle. « J’ai aussi appris très vite que dans ce métier, le dicton “sois belle et tais-toi” était de mise, le port obligatoire des talons, portant ces injonctions sexistes à son paroxysme. J’ai déjà dû porter des talons deux tailles en dessous de la mienne pendant 3 heures sans broncher, une vraie torture. Il est aussi fréquent que des hôtesses fassent des malaises », dénonce Alice. Dans son texte, la jeune femme interpelle la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Lui demandant d’agir pour mettre fin à la précarité, au sexisme mais aussi aux pratiques discriminatoires. Car elles sont nombreuses. Alice dénonce les « demandes discriminantes d’entreprises préférant des hôtesses “de type nordique” et n'allant pas au-delà de la taille 38 à celles à “l’accent banlieue” ». Les témoignages ci-dessous reflètent bien cette terrible réalité, de même que la pression faite sur les jeunes femmes pour qu'elles ne dépassent pas le 36...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale