Le nouvel organigramme de l’exécutif fin prêt

Le nouvel organigramme de l’exécutif fin prêt
Source : leconomiste.com
10/09/2019 07:40

Le retour du Roi donnera un coup d’accélérateur à trois chantiers décisifs pour la rentrée.

Un gouvernement ramassé acquis
Le RNI convoque son bureau politique le 20 septembre à Agadir
Une commission en appui de Laenser dans les négociations

Le retour du Roi donnera un coup d’accélérateur à trois chantiers décisifs pour la rentrée. Le premier concerne le remaniement réclamé pour la première fois de manière publique, adossé à un calendrier précis. Le chef du gouvernement, après un premier contact avec les dirigeants des partis de la majorité, pris séparément, a conçu une première mouture de l’organigramme du prochain exécutif, qu’il a adressé au cabinet royal.

Ce processus de remaniement devra se faire dans la concertation, sans le moindre clash. Il semble que Saâdeddine El Othmani ne va pas attendre que le président du RNI tienne son bureau politique convoqué pour le 20 septembre à Agadir pour agir. Car, il s’agit d’avancer rapidement dans le processus de concertation. Ce parti voulait rendre sa pièce au chef du gouvernement qui a privilégié le secrétariat général de son parti le PJD avant de rencontrer les chefs de la majorité.

En agissant ainsi, Aziz Akhannouch veut lui renvoyer l’ascenseur. Certains ont interprété cette décision comme une manœuvre visant à provoquer un nouveau blocage du processus de négociations.Pour l’heure, ce qui semble acquis est la réduction du nombre de portefeuilles. C’est donc un gouvernement ramassé, fort et homogène, avec des profils compétents, conformément à la logique de la méritocratie, développée par le Roi.

Cette compression des portefeuilles suppose une suppression des secrétaires d’Etat dont l’expérience n’a pas été concluante. Plusieurs d’entre eux étaient en conflit avec leurs ministres de tutelle qui refusaient de leur accorder des attributions. Celle qui a osé monter cette affaire en épingle a essuyé un retour de manivelle.

En effet, Charafat Afilal, qui n’a pourtant pas démérité, a été limogée. Les autres ont affiché un profil bas, sans piper mot pourvu que le salaire soit viré à la fin du mois et les autres avantages conservés. Des secrétaires d’Etat du même parti que le ministre de tutelle ont souffert de leur marginalisation.

C’est le cas de Mbarka Bouaida, secrétaire d’Etat à la pêche auprès de Aziz Akhannouch, président du RNI dont elle est elle-même membre du bureau politique. Le ministre de tutelle ne lui a rien cédé et a préféré traiter directement avec la secrétaire générale de son département. L’ancienne ministre déléguée aux Affaires étrangères a rebondi à la présidence de la région Guelmim-Oued Noun.

Comme la majorité des partis ne disposent pas de compétences avérées, il faudra s’attendre à aller les chercher ailleurs. Une large opération visant à repeindre ces profils aux couleurs de tel parti ou tel autre n’est pas à exclure. Le MP par exemple a mis en place une commission destinée à appuyer Mohand Laenser dans les négociations pour la conduite du remaniement...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale