Immobilier résidentiel: De multiples pistes de relance

Immobilier résidentiel: De multiples pistes de relance
Source : leconomiste.com
11/09/2019 08:20

Après la période des vaches maigres qui a duré plus de 5 ans, les promoteurs nourrissent de gros espoirs sur une relance du marché en 2020. Sauf que cela relève de spéculations. Ce n'est pas acquis. Rien ne confirme encore une potentielle reprise. Pour l'heure, il y a une très bonne nouvelle: «la demande est là, mais elle reste latente»...

Produit, conception, répartition des volumes... Des solutions de rupture
Duplex, pavillons, villas économiques, studios... Un potentiel inexploité
Apport initial, black, solutions de financement... Les freins
 

10 ans après le lancement du dispositif du logement social, l’offre sur ce segment a montré ses limites. Il est temps d’innover sur ce type de produits en termes de plans, de répartition des volumes, de façades, commodités, connectivité... (Ph. L’Economiste)

Après la période des vaches maigres qui a duré plus de 5 ans, les promoteurs nourrissent de gros espoirs sur une relance du marché en 2020. Sauf que cela relève de spéculations. Ce n'est pas acquis. Rien ne confirme encore une potentielle reprise. Pour l'heure, il y a une très bonne nouvelle: «la demande est là, mais elle reste latente».

Par ailleurs, l'arrivée de banques islamiques injecte de nouvelles demandes et catégories de clientèle. C'est une question de convic­tion. La mauvaise nouvelle: «l'offre ne répond pas à la demande exprimée». C'est essentiellement cette inadéquation entre l'offre et la demande qui explique le ralentissement des transactions dans l'immobilier. La preuve: les produits bien conçus s'écoulent rapidement.

Quand le produit est bon, les acquéreurs se bous­culent même lors de la phase des plans. La solution viendrait de l'innovation dans l'acte de bâtir avec des offres compéti­tives et un meilleur rapport qualité/prix (duplex, pavillons, villas économiques, studios...)

Au-delà du produit qui est à re­considérer, «la relance pourra venir de la suppression de l'apport initial, un combat ferme contre le noir, l'argent non déclaré, la capacité de financement, voire l'inno­vation et la sophistication dans les solu­tions et formules de crédit», précise Ke­vin Gormand, cofondateur de Mubawab. Les professionnels spécialisés dans l'aide au financement peuvent aussi contribuer à débloquer la situation. Ils ont des marges de manoeuvre et de l'expertise dans le déblocage de dossiers refusés auprès des banques.

Pour lutter contre le black et l'argent non déclaré, il faut que l'ensemble de la chaîne suive: des four­nisseurs de matériaux de construction, sociétés de sous-traitance, les corps de métier, artisans (menuiserie, plomberie, peinture, carrelage...) qui rentrent dans l'acte de bâtir, promoteurs, administra­tion... Des sanctions doivent tomber, pour donner l'exemple. Par ailleurs, «de  nombreux promoteurs justifient le noir par les pots-de-vin qu'ils distribuent de­puis les autorisations jusqu'à la finition», confie un expert de l'immobilier...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale