Anas Doukkali a claqué la porte du bureau politique du PPS !

Anas Doukkali a claqué la porte du bureau politique du PPS !
Source : Lesinfos.ma
08/10/2019 11:00

Le ministre de la Santé a annoncé devant des journalistes, ce lundi, sa démission du bureau politique du PPS. Un départ qui ne signifie pas un divorce avec la formation au livre, même si sa présence ne semble plus désirée par certains de ses « camarades ».   

Quelques jours à peine après la décision du Parti du progrès et du socialisme (PPS) de sortir du gouvernement, le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a annoncé lors d’une conférence de presse, sa démission du bureau politique de la formation au livre et sa volonté de ne pas se retirer du gouvernement.
Anas Doukkali s’était opposé à la décision du bureau politique du PPS, annoncée le 1er octobre et entérinée par le comité central du parti le 4 octobre dernier, précisent nos confrères de Tel Quel.


« Un égocentrique, opportuniste », dixit Charafat Afailal

 

Interrogée par Médias24 sur son violent accrochage deux jours auparavant avec Anas Doukkali qu’elle accuse de « vouloir rester ministre », Charafat Afailal, l’ex-secrétaire d’Etat chargé de l’Eau, est revenue plus en détails sur leur affrontement : « (…) Quand nous sommes passés au vote, la tendance pour notre retrait du gouvernement a été claire mais cela n’a pas empêché Doukkali de s’élever violemment contre cette décision unanime », a déclaré Charafat Afailal. « Sachant qu’il n’a rejoint le PPS qu’en 2010, je pense qu’il n’a pas compris les règles du jeu politique qui veulent qu’un parti puisse passer de la majorité à l’opposition et vice versa. N’ayant pas vécu la longue période d’opposition voire d’interdiction de notre parti, il donne l’impression d’avoir cru que notre participation au gouvernement était éternelle (…). En voulant rester à tout prix à son poste, il oublie que sa fonction de ministre est limitée dans le temps et qu’en plus, il n’a aucune chance d’être repris dans le prochain gouvernement remanié », a-t-elle poursuivi. « Pour être honnête, sa démarche est clairement opportuniste. D’ailleurs, je ne comprends pas qu’il puisse utiliser les locaux d’une institution publique pour débattre d'une affaire partisane », a déclaré Charafat Afailal en apprenant qu’Anas Doukkali allait convoquer la presse au siège de son ministère pour expliquer son opposition à la décision du comité central.

Interrogée par Médias24 sur une éventuelle exclusion du parti, Charafat Afailal affirme que plus personne ne soutient Anas Doukkali au sein des instances dirigeantes du PPS et qu’il s’est isolé puis exclu lui-même en contestant une décision démocratique largement majoritaire pour des considérations égocentriques et opportunistes ».
 
Pour rappel, le Parti du progrès et du socialisme a décidé de quitter le gouvernement le mardi dernier. Cette décision, qui a été prise à l'unanimité par les membres du bureau politique de l'organisation présents lors d’une réunion le jour-même, a été entérinée par le comité central du parti le vendredi suivant. Un départ qui n’a pas été du goût de tous ses membres manifestement … 
 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale