Libertés individuelles: en force, les "Hors la loi" vont plus loin

Libertés individuelles: en force, les
Source : le360.ma
14/10/2019 10:40

Le mouvement "Hors la loi" fondé par les écrivaines Leila Slimani et Sonia Terrab, lequel demande l'abrogation de l'article 490 du code pénal a atteint aujourd'hui un seuil de 10.000 signataires. Une nouvelle étape est donc annoncée dans un communiqué, publié ce lundi 14 octobre. Les détails.

Le manifeste "nous sommes tous des Hors la loi" a atteint le cap de 10.000 signatures, ce lundi 14 octobre. Cette initiative, qui entend dénoncer "les lois liberticides" du Code pénal et engager "un débat national sur les libertés individuelles", après l'arrestation de la journaliste Hajar Raissouni, le 31 août 2019, pour "avortement" et "relations sexuelles hors mariage" connaît un nouveau développement.   Le mouvement, fondé par les écrivaines Leïla Slimani et Sonia Terrab, initié suite à une tribune suivie d'une pétition, parue le lundi 23 septembre sur le quotidien français Le Monde, puis sur plusieurs médias marocains, compte déposer deux lettres: la première au procureur du Roi près la Cour de cassation, et président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, et une seconde lettre à la présidente de la HACA (Haute autorité à la communication audiovisuelle), Latifa Akharbach.  

Par ces courriers, le mouvement veut inviter le procureur du Roi à suivre une politique publique pénale plus conforme à l'esprit de la Constitution marocaine et de la Déclaration universelle des droits humains, que le royaume a ratifiée, en suspendant immédiatement l'application de ces lois liberticides et arbitraires, et en abandonnant les poursuites et exécutions des peines relatives aux relations sexuelles consentantes, hors des liens du mariage, entre adultes consentants, ainsi que celles concernant l'avortement et l'adultère.    La présidente de l'institution de régulation des médias est, quant à elle, appelée à exiger des responsables des chaînes de télévision à prévoir un créneau dans leur programmation, sur la durée, pour un débat sur les libertés individuelles au Maroc. Ces programmes, demande le mouvement, devront faire intervenir des députés, des acteurs politiques, des représentants de la société civile, des artistes, des intellectuels, de façon à garantir un contenu juste et équilibré, à même de refléter l'évolution générale de la société marocaine. Libertés individuelles. La réforme du code pénal dès la rentrée parlementaire   Le mouvement, mené par les écrivaines Leïla Slimani et Sonia Terrab, prépare en outre une autre pétition, qui sera quant à elle adressée au Parlement. Le texte de ce document demande l'abrogation de ces lois...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale