Affaire Hajar Rissouni: Après colère et indignation, enfin la grâce royale

Affaire Hajar Rissouni: Après colère et indignation, enfin la grâce royale
Source : Lesinfos.ma
17/10/2019 11:00

Sa Majesté a accordé ce mercredi, sa grâce royale à la journaliste Hajar Rissouni, son fiancé ainsi que l’équipe médicale condamnés le mois dernier par le tribunal de première instance de Rabat.   

L’amnistie est intervenue deux semaines après que le tribunal de Rabat ait prononcé le verdict condamnant la journaliste à un an de prison ferme pour avortement illégal et relations sexuelles extra-conjugales. 

 

La cour a également infligé des peines de prison allant de huit mois à un et deux ans au fiancé, au médecin ainsi qu’aux infirmières qui ont supervisé l’avortement. 

D’après un communiqué publié par le Ministère de la Justice, cette grâce royale s’inscrit “dans le cadre de la compassion et la clémence reconnues au Souverain” tout en soulignant “le souci du Souverain de préserver l’avenir des deux fiancés qui comptaient fonder une famille conformément aux préceptes religieux et à la loi, malgré l’erreur qu’ils auraient commise et qui a conduit à cette poursuite judiciaire”.

 

“La grâce royale a corrigé un procès injuste” dixit la journaliste Hajar Rissouni

 

Après avoir fait preuve de force et d’assurance notamment en adressant le signe de la victoire devant la prison d’El Arjat à Rabat, Hajar Rissouni s’est exprimée selon l’AFP après avoir été graciée par Sa Majesté “ La grâce royale a corrigé un procès injuste”. 

 

Cette affaire remonte à la fin du mois d’Août lorsque les autorités ont arrêté la journaliste de “Akhbar Al Youm” à la sortie d’un cabinet de gynécologie accompagnée de son fiancé pour avoir avorté clandestinement à la suite d’une relation sexuelle illégale  criminalisée par la loi marocaine. 

 

Indignation et débat corrosif autour des libertés individuelles au Royaume 

 

L’affaire a suscité une controverse au sein de la société marocaine, entre ceux qui ont estimé que l’emprisonnement de Hajar n’est qu’un règlement de comptes en raison de ses articles critiquant des responsables influents. D’autres ont cependant estimé que la décision prise par le tribunal est correct du moment que l’on est dans un pays musulman et donc la condamnation de l’avortement est tout à fait juste selon leurs dires. 

 

Cette grâce royale a également fait la polémique entre ceux qui saluent l’initiative de Sa Majesté et ceux qui s’y opposent. Ce fut également l’occasion pour les marocains de remettre en question ces lois qui, selon certains sont archaïques mais aussi l’opportunité pour le peuple de faire valoir sa voix dans une société où les tabous sont monnaie courante.

 

Par Matar Bensalmia

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale