Budget: Le déficit à 3,2% du PIB à fin septembre

Budget: Le déficit à 3,2% du PIB à fin septembre
Source : leconomiste.com
14/11/2019 08:40

Tous les postes de dépenses sont orientés à la hausse sur les neuf premiers mois. Globalement, les charges se sont appréciées de 7,8% par rapport à la même période de 2018.

Elles s’expliquent par la hausse de 6,3% des achats de  biens et services, l’augmentation  de 4,4% de la masse salariale, du bond de 9,6% des acquisitions des autres biens et services et l’explosion de 22,2% de la compensation. Cette situation s’est encore alourdie par  les intérêts de la dette qui se renchérissent de 12% et des remboursements fiscaux dont le montant a flambé de près de 25%.
 
budget-depenses-033.jpg

 L’évolution de la structure des dépenses du budget général fait ressortir une hausse de la part des charges de matériel, des intérêts de la dette, des émissions de la compensation et des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, conjuguée à la baisse de la part des dépenses de personnel et des dépenses d’investissement

 

Cependant, l’investissement n’a enregistré qu’un mieux de 4,8%. Et à 3 mois de la clôture de l’exercice, son taux de réalisation demeure limité à 61% par rapport aux prévisions du budget 2019.  S’établissant à 44,8 milliards de DH, cet investissement a été réalisé grâce à la forte hausse (18,1%) des dépenses communes alors que celles des ministères s’inscrivent en baisse de 2,7%.

En face, les recettes ordinaires reculent de près de 6% à 185 milliards de DH contre 196,9 milliards à fin septembre 2018 alors que celles non fiscales plongent de 42,6% d’une période à l’autre. Ceci en dépit des versements, en amélioration de 21,2%, des monopoles de l’Etat et d’une rentrée de 4,4 milliards de DH au titre de la privatisation. Du coup, le déficit budgétaire s’établit à 32,3 milliards de DH contre 26,3 milliards à fin septembre 2018.   

budget-033.jpg

Source: TGR
Une partie des charges a été financée par le recours à l’emprunt. Ceci, en dépit d’une recette de privatisation de 4,4 milliards de DH. Ainsi, à fin septembre dernier, 44,7% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 27,7% aux achats de matériel, 13,1% aux intérêts de la dette, 6,8% aux émissions de la compensation et 3,2% aux remboursements et restitutions fiscaux

Sans tenir compte du versement exceptionnel de 24 milliards de DH à partir du Compte spécial des dons des pays du Golfe, les recettes ordinaires affichent une hausse de 7,2%. Mais avec ce versement, les recettes ordinaires brutes accusent  une baisse de 5,9%...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale