Evolution du Covid-19 au Maroc

37935
confirmés
584
décès
26687
guérisons
Covid-19 : Kenya Airways compte licencier 40% de ses effectifs France : 100 milliards d'euros pour soutenir l'investissement des entreprises La CNOPS améliore l’accès aux prestations de l’AMO CEA-ONU : Lancement du Centre africain de surveillance des prix Gmail déploie sa plateforme à quatre rubriques Carte d'identité électronique : Le Conseil de gouvernement approuve le projet de décret Bank Al-Maghrib : Le taux débiteur moyen baisse à 4,58% au 2e trimestre Le déficit budgétaire se creuse de 12,8 MMDH en un mois Tchad : Idriss Déby nommé maréchal pour les 60 ans de l'indépendance Covid-19 : Al Akhawayn offre 30 bourses aux enfants des fonctionnaires sur le front

Steven Cox: le couturier qui se dessape pour vendre de la sape

Steven Cox: le couturier qui se dessape pour vendre de la sape
Source : LesInfos.ma
25/11/2019 12:00

Se faire photographier, en slip, en train d’essayer les vêtements qu’il a lui-même designés: c’est le coup de génie du fondateur de la marque Dickie Brown.

Le type est en slip sur la plupart des photos, en train d’essayer les vêtements de sa propre marque. Il n’est ni jeune ni spécialement musclé ou fin, ses cheveux châtains grisonnent, son front se dégarnit. Il est doux. Mais tout cela, au fond, le définit à peine, car ce qu’il est, c’est : fantastique.

Il s’appelle Steven Cox, surnommé Duckie. En 2001, avec un acolyte (Daniel Silver), il a fondé Duckie Brown, marque de vêtements pour homme, puis pour femme. Ça a toujours eu la cote. Mais ni l’adulation de quelques aficionados, ni les trophés ne font vivre. En 2016, Duckie Brown, qui « défilait », comme on dit, pendant la fashion week new-yorkaise, a décidé d’abandonner cette logique de podium. C’était une lutte quotidienne et épuisante pour la trésorerie. En outre, les deux hommes n’ont pas l’âme d’épiciers et n’ont jamais su ni aller gratter aux bonnes portes de la finance ni s’inventer des talents de comptable. Ils sont, profondément, artistes.

En revanche, nous avons là deux personnes extrêmement intelligentes et spirituelles. Ça leur a permis de reconsidérer avec la bonne distance les soi-disant passages obligés de leur métier. Déjà délivrés du poids logistique du podium, ils ont aussi totalement réévalué la question de la chaîne commerciale.

Chaque saison, comme tout le monde, ils devaient « vendre » leur collection à des boutiques. Ça marchait ou ça ne marchait pas. Et, à force de « faire l’article » à des gens qui hésitaient, des gens qu’on s’épuise à convaincre, ils ont acquis une conviction : les plus à même de vendre Duckie Brown à ceux qui allaient en porter, c’était eux. Mais, comprenez bien, eux « en personne ». Eux avec qui discuter, demander des modifications, des idées et, bientôt, des… essayages. Au 321 West 13th Street, à New York, ils reçoivent sur rendez-vous. Et ils sont là, tout le temps, « sous la main ». C’est aussi l’adresse de leur studio.

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale