Evolution du Covid-19 au Maroc

13215
confirmés
230
décès
9158
guérisons
Le thé blanc, cette boisson aux mille vertus UFC: Khabib Nurmagomedov perd son père à cause du coronavirus L’USAID accorde un financement de 643,8 millions USD au Rwanda Espagne : 50 milliards d'euros pour accélérer la relance économique Qui est Jean Castex, le nouveau Premier ministre français ? Apple se dirige vers la dématérialisation des passeports et des permis de conduire Arrivée à l'aéroport de Béni Mellal de 152 Marocains bloqués en Egypte ONCF : 350.000 voyageurs en une semaine Œufs de consommation : Le secteur perd 3,5 MDH par jour Covid-19 : 333 nouveaux cas ce jeudi 2 juillet

Réduction des risques des maladies non transmissibles : Quand innovation rime avec santé

Réduction des risques des maladies non transmissibles : Quand innovation rime avec santé
Source : aujourdhui.ma
11/02/2020 13:20

A l’heure où la communauté scientifique internationale tire la sonnette d’alarme quant à la consommation de cigarettes, les fumeurs ont du mal à se débarrasser de cette habitude «morbide».

 Sur 70% de fumeurs ayant entamé le processus de sevrage, seulement 5% y arrivent sans aide au moment où le reste a du mal à décrocher ou bien lâche carrément prise pour «resombrer» dans sa dépendance. En effet, la cigarette est l’une des principales causes de décès prématurés dans le monde. Et pour cause : elle est le premier facteur du cancer du poumon, une pathologie qui, tout comme le diabète et les troubles cardio-vasculaires, tue une grande masse de la population. En gros, pas moins de 40 millions de personnes dans le monde meurent chaque année des suites de ces maladies non transmissibles dont une grande proportion est atteinte de cancer du poumon. Face à cette réalité alarmante, un nouveau concept émerge. Il s’agit en effet de «la réduction des risques des maladies non transmissibles».

C’est autour de cette thématique qu’une pléiade de scientifiques internationaux constituée d’oncologues, de pneumologues, de cardiologues et d’experts s’est réunie la semaine dernière à Paris pour discuter des principaux risques sur lesquels il faudrait agir ainsi que des modalités de prévention à engager dans les politiques publiques. Alm y était et revient sur les moments forts de cet événement.Plus de 300 milliards de dollars à gagner des maladies non transmissiblesComme dit l’adage : Mieux vaut prévenir que guérir. D’où l’essence même du concept de la réduction des risques des maladies non transmissibles. Reconnue par l’OMS, cette orientation de santé publique a pour but de réduire l’impact des facteurs de risques de ces maladies et par conséquent atténuer considérablement la mortalité due à ces pathologies chroniques, et ce en agissant sur les comportements plutôt que d’imposer des restrictions. Le concept de la réduction des risques des maladies non transmissibles a émergé d’un constat clair : Au moment où les médecins sont concentrés à prescrire les meilleurs soins, les patients, pour leur part, continuent d’adopter des comportements qui nuisent à leur santé. «Le changement de style de vie est évident aussi bien pour les médecins que pour les patients, mais on reste toutefois confrontés à la réticence de ces derniers. Le patient ne veut pas ou ne peut pas changer son comportement», explique à cet effet le Professeur Peter Harper, oncologue. Ils sont cinq facteurs à prendre en considération. Citons à cet effet la mauvaise alimentation, le tabagisme, la pollution, la consommation abusive d’alcool et l’inactivité physique...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale