Evolution du Covid-19 au Maroc

691
confirmés
44
décès
30
guérisons
Covid-19 : 49 nouveaux cas durant ces dernières 24h, 691 au total La présidente de la Commission européenne présente ses excuses à l'Italie Enseignement à distance : 500.000 utilisateurs par jour sur TelmidTICE BVC : Encore une séance dans le rouge Fin du championnat belge, Club Bruges sacré champion Zoom ne partage plus les données des utilisateurs avec Facebook La COP26 prévue en Novembre est reportée à 2021 Covid-19 : Un million de cas dans les prochains jours, selon l’OMS CNSS : 700.000 demandes d'indemnités forfaitaires A cause de la pandémie, le PIB mondial devrait reculer de près de 1% cette année

Oscars: le triomphe de "Parasite"

Oscars: le triomphe de
Source : le360.ma
11/02/2020 14:00

Le triomphe sans précédent de "Parasite", premier long-métrage en langue étrangère à obtenir l'Oscar du meilleur film, pourrait marquer un tournant, élargissant la réception mondiale du cinéma sud-coréen et ouvrant grandes les portes de Hollywood aux productions étrangères.

A la fois thriller, comédie familiale et satire corrosive sur les inégalités sociales, le film de Bong Joon-ho a raflé dimanche quatre Oscars en une soirée, dont le plus prestigieux, celui du meilleur film, bien qu'il soit tourné entièrement en coréen.   Une récompense inédite en 92 ans pour un film dans une autre langue que l'anglais: "Non seulement Bong Joon-ho marque l'histoire culturelle sud-coréenne, mais il écrit une page d'histoire à Hollywood", s'enflammait mardi le Chosun Ilbo, grand quotidien de Corée du Sud.   L'Académie des Oscars "était obsédée par les films en anglais tournés par des réalisateurs blancs", ce qui faisait qu'il était "plus difficile pour un Coréen de remporter un Oscar avec un film en coréen que de décrocher un Nobel en littérature", grince-t-il.  

"C'est le début d'une nouvelle ère", et ce triomphe libère "des opportunités incroyables" pour les films étrangers aux Etats-Unis, abonde Gina Kim, professeur à l'université californienne UCLA et réalisatrice d'origine sud-coréenne.   Hollywood "continue de dominer l'industrie cinématographique mondiale, et était connu pour ne pas laisser d'espace aux films en langue étrangère sur ses terres", explique-t-elle. "Avec +Parasite+, tout a changé".  

Le succès de Bong Joon-ho, qui vient couronner l'année marquant le centenaire du cinéma coréen, confirme le dynamisme de la Corée du Sud, cinquième plus gros pays producteur de films dans le monde.   Plusieurs productions locales avaient déjà séduit les grands festivals: le thriller "Old Boy" de Park Chan-wook avait remporté en 2004 le Grand prix cannois, et le drame "Pieta" de Kim Ki-duk s'était arrogé en 2012 le Lion d'or à Venise.   Surtout, le cinéma sud-coréen s'était invité à Hollywood en 2013: d'une part avec le thriller psychologique "Stoker" tourné par Park Chan-wook avec Nicole Kidman ; puis avec "Snowpiercer - le transperceneige", film de science-fiction dystopique réalisé par Bong Joon-ho lui-même avec Tilda Swinton.   La Corée du Sud a fait de sa culture un outil de "soft power" - non sans succès: sa musique K-pop et ses boys-bands connaissent un engouement massif à travers le monde, en Asie comme en Occident...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale