Evolution du Covid-19 au Maroc

574
confirmés
33
décès
15
guérisons
Les Etats-Unis envisagent une opération militaire pour arrêter Maduro La BCP met en place des mesures exceptionnelles au profit des entreprises en difficulté Suspension des droits de douane sur les légumineuses et le blé dur Examens du BAC 2020 : les documents d'encadrement envoyés aux candidats Le championnat du monde d’athlétisme reprogrammé pour 2022 Covid-19 : Le bilan grimpe à 534 cas confirmés au Maroc et 33 décès au total Le Mondial de l’automobile 2020 est annulé La Bourse de Casablanca en quasi-stagnation APEBI : 17 projets sélectionnés dans le cadre du HackCovid Confinement : Le CCM propose 25 films en streaming gratuit

Naoufal Chama : « Les Startups ont toujours des problèmes d'accès au marché » (Interview)

Naoufal Chama : « Les Startups ont toujours des problèmes d'accès au marché » (Interview)
Source : Lesinfos.ma
17/02/2020 17:20

Startup Maroc a organisé, ce samedi 15 février à Rabat, sa troisième édition du Start-up Africa Summit, un événement qui a rassemblé des entrepreneurs, des mentors, des investisseurs et des experts de l'industrie. A cette occasion, Naoufal Chama, président fondateur de Start-up Morocco, répond à nos questions.   

Lesinfos.ma :  Quels étaient les objectifs de cette troisième édition du sommet africain des Startups ?

Naoufal Chama : Les objectifs de cette troisième édition c'est de permettre à des Startups qui sont africaines ou de la diaspora africaine qui est installée au Maroc, de redécouvrir le marché africain et ses opportunités, et leur permettre d’envisager une future installation dans ces pays-là. Le deuxième objectif c'est qu'ils puissent rencontrer des Business Angels et des investisseurs de la région, sachant que nous avons pu rassembler une quarantaine de Business Angels et investisseurs. Ces gens-là ont un vrai tracking-code, c'est à dire qu'ils ont déjà investi, ce n'est pas des gens qui disent on va investir, car derrière eux, il y a une dizaine ou une quarantaine d'investissements, donc les discussions autour de l'investissement étaient d'un très haut niveau. Le troisième point c'est que c'est une conférence pratique, l'objectif n'est pas qu'on reste sur des choses théoriques, mais qu'on explique de façon actionnable. Vous avez ce problème, voilà comment le régler, et voilà la démarche. C'est ça la différence entre cet événement et les autres événements qui peuvent rester un peu théoriques.

Est-ce que vous pensez avoir atteint les objectifs fixés pour cette troisième édition ?

Absolument, il n'y a qu'à poser la question à toutes ces startups qui sont là et qui sont ravies. Maintenant, l'objectif c'est que l'on puisse aussi les emmener à continuer à échanger, et donc ça c'est le nouveau challenge qu'on va prendre.

Quels sont à votre avis les ingrédients nécessaires pour permettre à l’écosystème des Startups au Maroc de décoller ?

L'essence même d'une Startup, c'est de pouvoir avoir les 3 M : Market, Mentors and Money et dans l'ordre (Marché, Mentors et argent, ndlr). Money, je l'ai bien placé derrière Market et Mentors, parce que d'une façon logique, supposons qu'on a de l'argent mais qu’il n'y a pas un marché ou on arrive pas à accéder au marché, cette startup va mourir de toute façon. Supposons qu'on a le marché et qu'on a l'argent mais qu’on n’a pas les mentors, on va gaspiller beaucoup d'argent parce qu'on est en train de refaire les erreurs qu'on pouvait éviter, et donc faire la même chose avec beaucoup mois de ressources. D'où le 3ème M qui est le financement. A priori, il y a de grandes choses qui se font sur toute la partie financement au Maroc. C'est une excellente chose pour l'écosystème, mais, il ne faut pas oublier que les Startups ont toujours des problèmes d'accès au marché. Les grands groupes ne pourront pas travailler avec les startups, pas parce qu'ils ne veulent pas travailler avec elles, mais parce que les process sont différents. On a une structure où les délais de décision peuvent rester sur une ou deux années, et c'est normal pour un grand groupe dans notre écosystème, alors que la startup si elle survit encore six mois c'est déjà un miracle. C’est une problématique qu'il faut peut-être régler à travers des lois en obligeant les grands groupes à travailler ou faire un certain pourcentage des commandes avec les startups, ou bien rendre le marché avec les startups déductible d’impôt. Il y a différents modèles. On pourrait bien trouver un modèle qui conviendrait au Maroc.

Quels sont les facteurs clés de succès d'une Start-up ?

L'équipe, l'équipe et l'équipe. En gros, quand on va commencer une aventure entrepreneuriale, il y a de très fortes chances d'échec, donc même si l'investisseur veut investir, il ne va pas investir forcément sur l'idée, car de toute façon il va se dire, statistiquement 90% des entreprises sur lesquelles j'investis devraient mourir donc la seule chose sur laquelle il peut être sélectif est l'équipe, il va donc se dire je prendrai une bonne équipe, et j'investirai dedans en les accompagnant avec mon capital intelligence, et pas forcément l'argent. Cette équipe devrait être capable de se coacher, et être de bonne qualité.

Quelles sont vos prochaines actions ?

Il y a plusieurs choses que nous faisons, notamment le programme d'accompagnement des Startups, "Startup Maroc Booster". Pour le moment, nous avons des discussions très avancées, et nous sommes à plus de 99% du chemin, mais c'est peut-être les deux premières levées de fonds qui seront faites à travers l'écosystème marocain, et c'est quelque chose dont je suis très fier.
 
Fatima-Zahra Coundi

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale