Evolution du Covid-19 au Maroc

94504
confirmés
1714
décès
74930
guérisons
Afric Industries : Baisse de 30% du résultat net au 1er semestre Les Eaux Minérales d'Oulmès : Le RNPG chute à -76 MDH D'importantes quantités d'alcool saisies à Casablanca, Rabat, Marrakech et Agadir CNSS : Adoption d'un projet de décret relatif à l’affiliation des guides touristiques Wuhan accueille son premier vol international depuis janvier Apple : L'iOS 14 est désormais disponible OMS : Une nouvelle charte pour protéger les travailleurs de la santé Migration : Le Portugal ouvre ses portes aux travailleurs marocains Cosumar : Le RNPG en baisse de 9,9% au 1er semestre PSG-OM : Les sanctions sont tombées

Le maire Pjdiste de Témara baptise les rues aux noms de salafistes

Le maire Pjdiste de Témara baptise les rues aux noms de salafistes
Source : Lesinfos.ma
18/05/2020 14:30

A l'heure où le Maroc fait face à la crise sanitaire du Covid-19, un scandale est né dans la ville de Témara, après le baptême de plusieurs rues aux noms de cheikhs salafistes. Détails.  

L'affaire serait passée inaperçue en cette période de crise où tous les projecteurs sont braqués sur l'évolution de la pandémie, si certains militants avisés n'avaient pas dévoilé au grand jour cette histoire, qui loin de faire l'unanimité, a suscité une vague de critiques sur les réseaux sociaux

Khalid Assoltan, Hamad Adahlouss, Ahmed Anakib ou encore Khalid Saoud Lhalibi, tels sont les noms que le conseil communal de la ville de Témara, majoritairement constitué de membres du PJD a choisi de donner aux rues. Ces noms sont portés par des Cheikhs salafistes radicaux et obscurantistes.

Dans une publication sur sa page Facebook, Mohammed El Ghalloussi, président de l’Association marocaine de protection des deniers publics, a vivement critiqué Moh Rejdali, le maire de la ville de Témara, tout en appelant le ministère de l'intérieur à intervenir en urgence en vue d'élucider les tenants et aboutissants de cette affaire.

Selon Mohammed El Ghalloussi, il est complètement inapproprié de baptiser des rues aux noms de ces salafistes wahhabites alors que le Maroc regorge d'intellectuels et personnalités dont les noms méritent d'être gravés sur les plaques.

Dans une tentative de se disculper, Moh Rejdali, le maire de la ville a déclaré au quotidien Al3omk, que son conseil n'a donné aucun ordre à la société en charge de procéder au remplacement des plaques. Kamal El Kahli, conseiller communal PJD, a quant à lui affirmé dans une mise au point publiée sur le site Alyaoum24, qu'il s'agit d'une décision conjointe de tous les élus-membres du conseil communal qui sont du PJD, mais aussi de partis de gauche, de droite et du centre.

Notons que suite à la vive polémique suscitée par cette affaire, les autorités de la ville ont rapidement procédé au retrait des plaques concernées, mais l'affaire ne se termine pas ici vu l'indignation des internautes qui demandent l'ouverture d'une réelle enquête à ce propos.

 
Fatima-Zahra Coundi

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale