Evolution du Covid-19 au Maroc

14949
confirmés
242
décès
11322
guérisons
Ouverture des frontières : La RAM ouvrira sa billeterie "avant la fin de cette semaine" Pour ses 25 ans, Al Akhawayn se renforce pour faire rayonner la matière grise marocaine Libye : Les 3 messages de Bourita au conseil de sécurité Covid-19 : Le gouvernement impose des mesures spéciales pour Aid Al Adha Ouverture des frontières pour les Marocains et les résidents le 14 juillet à minuit Transformation de la CCG en SA : Une opération "tout bénéf" pour l'Etat... Création d'un laboratoire d'épidémiologie moléculaire à Tanger Expulsion des étudiants étrangers : Harvard et MIT attaquent en justice la révocation des visas Port d'Essaouira: Les débarquements de la pêche côtière et artisanale explosent au premier trimestre BAD : Le Maroc pourrait renouer avec une croissance à 4 % en 2021

SARS-CoV-2 : une immunité même chez les cas légers

SARS-CoV-2 : une immunité même chez les cas légers
Source : Sciencesetavenir.fr
27/05/2020 10:00

Une très grande majorité des personnes atteintes de Covid-19 développent des anticorps, dont les fameux anticorps neutralisants qui permettent d'être protégés d'une réinfection. Pour l'instant, une immunité a été démontrée jusqu'à 41 jours.

Une "très grande majorité" des patients atteints d'une forme mineure du Covid-19 développe des anticorps qui pourraient ensuite les immuniser "pendant plusieurs semaines" contre la maladie, selon une étude de l'Institut Pasteur et du CHU de Strasbourg. Ces résultats sont "encourageants" dans la mesure où on connaît mal les mécanismes d'immunité contre le nouveau coronavirus, surtout chez les personnes atteintes par des formes mineures de la maladie.

 

"On savait que les personnes atteintes de formes sévères de la maladie développaient des anticorps dans les 15 jours qui suivaient le début des signes. On sait maintenant que c'est également vrai pour ceux qui font des formes mineures, même si les taux d'anticorps sont vraisemblablement plus faibles", assure dans un communiqué l'un des auteurs de l'étude, Arnaud Fontanet, responsable du département Santé globale à l'Institut Pasteur. "Notre étude montre que les niveaux d'anticorps sont, dans la plupart des cas, compatibles avec une protection contre une nouvelle infection par SARS-CoV-2, au moins jusqu'à 40 jours après le début des signes", ajoute Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et immunité à Pasteur.

98% des patients avec des anticorps neutralisants

L'étude, dont les résultats ont été publiés samedi et sur laquelle Pasteur a communiqué mardi 26 mai, a été menée sur 160 membres du personnel hospitalier des deux sites des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Ils étaient tous atteints de formes mineures du Covid-19. Des tests de sérologie (qui visent à détecter après coup les signes d'une infection passée) ont montré que la quasi-totalité de ces personnes (153 ou 159 sur 160 selon le type de test) a développé des anticorps dans les 15 jours suivant le début de l'infection.

Un autre test a été utilisé pour déterminer si ces anticorps avaient bien la capacité de neutraliser le virus. Verdict : 28 jours après le début des symptômes, 98% des patients avaient développé ces "anticorps neutralisants". La production d'anticorps et leur activité neutralisante "augmentent toutes deux au cours du temps, jusqu'à 41 jours" après le début des symptômes, explique Olivier Schwartz à l'AFP.

 

Quelle durée d'immunité ?

L'objectif est maintenant "d'étudier plus tard, au cours du temps, comment va évoluer cette réponse : est-ce que les anticorps vont se maintenir, avoir cette activité neutralisante et pendant combien de temps", ajoute-t-il. Pour cela, les participants à l'étude pourront être testés à nouveau "dans les mois qui viennent".
L'étude "nous donne une vision un peu plus claire sur l'activité neutralisante des anticorps" mais "on ne sait toujours pas formellement si cette activité neutralisante est associée à une protection contre la réinfection, il faut attendre", conclut le Pr Schwartz. "Ces résultats sont également une bonne nouvelle pour les futures stratégies vaccinales", souligne par ailleurs la Pr Samira Fafi-Kremer, chef du service virologie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et première auteure de l'étude, citée dans le communiqué de Pasteur.

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale