Evolution du Covid-19 au Maroc

199745
confirmés
3373
décès
165922
guérisons
Tourisme : Hausse de 7,1% de la contribution au PIB en 2019 Marché des capitaux : 15 avis rendus par l'AMMC en 2019 Erdogan appelle au Boycott des produits français Présidentielle en Guinée : Alpha Condé remporte un troisième mandat Le Maroc condamne "vigoureusement" la publication des caricatures du prophète Mohammed La Renaissance de Berkane remporte la coupe de la CAF Et si vous succombiez aux charmes du Hammam à la maison ? Fitch Ratings : Le Maroc perd son "Investement grade" BAD : 62,5 millions d'euros pour soutenir l'économie gabonaise Classement FIFA : L'équipe nationale se hisse au 39e rang

Parler japonais réduit-il le risque de coronavirus ?

Parler japonais réduit-il le risque de coronavirus ?
Source : Vice.com
08/07/2020 07:40

Au-delà de la toux et des éternuements, ce que nous disons et comment nous le disons peut aussi avoir de l'importance.

Lors de l'épidémie de SRAS de 2003, presque tous les cas suspects aux États-Unis étaient des personnes qui avaient récemment voyagé dans des régions du monde où le virus se propageait, comme la Chine. En juillet de cette année-là, Sakae Inouye, chercheur à l'Otsuma Women's University de Tokyo, a soulevé un fait surprenant : il y avait eu plus de touristes japonais que de touristes américains en Chine, et pourtant le Japon avait en quelque sorte échappé au SRAS, avec zéro cas officiellement signalé.

 

Dans une lettre adressée à la revue médicale The Lancet, il explique que le SRAS pourrait se transmettre plus facilement dans certaines langues, à savoir le chinois et l'anglais, en raison de la quantité d'air qu'il faut inspirer et expirer pour produire les sons communs de ces langues.

En chinois, « les consonnes p, t, k, q, ch et c, lorsqu'elles sont placées devant des voyelles, sont prononcées avec une forte expiration », écrit-il. En anglais, p, t et k sont également prononcés en expirant, mais pas en japonais. Il note également que le son « p » n'est pas souvent utilisé en japonais.

Il fait valoir qu'un Chinois s’adresserait principalement en anglais à un voyageur américain : « Par conséquent, je pense que les touristes américains seraient plus exposés aux gouttelettes infectieuses que les touristes japonais. »

L'idée que la transmission de la maladie pourrait changer en fonction de la langue a été de nouveau évoquée lors de l'actuelle pandémie mondiale de Covid-19.

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale