Evolution du Covid-19 au Maroc

37935
confirmés
584
décès
26687
guérisons
Covid-19 : Kenya Airways compte licencier 40% de ses effectifs France : 100 milliards d'euros pour soutenir l'investissement des entreprises La CNOPS améliore l’accès aux prestations de l’AMO CEA-ONU : Lancement du Centre africain de surveillance des prix Gmail déploie sa plateforme à quatre rubriques Carte d'identité électronique : Le Conseil de gouvernement approuve le projet de décret Bank Al-Maghrib : Le taux débiteur moyen baisse à 4,58% au 2e trimestre Le déficit budgétaire se creuse de 12,8 MMDH en un mois Tchad : Idriss Déby nommé maréchal pour les 60 ans de l'indépendance Covid-19 : Al Akhawayn offre 30 bourses aux enfants des fonctionnaires sur le front

Les recommandations du CESE pour accélérer la transition énergétique du Maroc

Les recommandations du CESE pour accélérer la transition énergétique du Maroc
Source : 2M.ma
09/07/2020 18:20

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a appelé à mettre en place une nouvelle stratégie afin d'accélérer la transition énergétique et installer le Maroc dans la croissance verte. Le CESE qui a présenté, jeudi 9 juillet lors d'une rencontre virtuelle, son avis intitulé "Accélérer la transition énergétique pour installer le Maroc dans la croissance verte", a souligné que cette nouvelle stratégie énergétique devra être socialement juste, équitable et inclusive, responsable sur le plan environnemental et soutenable sur le plan financier. S'exprimant lors d'un atelier de restitution dédié à la présentation de cet avis, Abdellah Mouttaqi, rapporteur du thème, a indiqué que cette stratégie doit en définitive, permettre de bien gérer les impacts, en maitrisant et en minimisant les plus nocifs d'entre eux et en

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a appelé à mettre en place une nouvelle stratégie afin d'accélérer la transition énergétique et installer le Maroc dans la croissance verte.

Le CESE qui a présenté, jeudi 9 juillet lors d'une rencontre virtuelle, son avis intitulé "Accélérer la transition énergétique pour installer le Maroc dans la croissance verte", a souligné que cette nouvelle stratégie énergétique devra être socialement juste, équitable et inclusive, responsable sur le plan environnemental et soutenable sur le plan financier.

S'exprimant lors d'un atelier de restitution dédié à la présentation de cet avis, Abdellah Mouttaqi, rapporteur du thème, a indiqué que cette stratégie doit en définitive, permettre de bien gérer les impacts, en maitrisant et en minimisant les plus nocifs d'entre eux et en maximisant les plus avantageux pour l’ensemble de la communauté.

En outre, cette stratégie devra être planifiée de manière holistique et s’articuler autour de l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, de la maitrise de la demande par la promotion de l’efficacité énergétique et de la production décentralisée, l’émergence et le développement de filières du futur autour du "Power to X", le soutien de l’innovation et de l’appropriation technologique au service de l’intégration industrielle, a ajouté M. Mouttaqi.

A cet effet, le CESE appelle à augmenter la part de l’électricité verte dans le mix énergétique, à encourager la production décentralisée et la digitalisation des services énergétiques et à permettre à l’efficacité énergétique de jouer pleinement son rôle dans la transition énergétique et dans l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages.

Le Conseil préconise également de transformer la mobilité vers un transport en commun de qualité, massifié, propre, digitalisé et électrique, d'avancer sur la réflexion sur la réforme de la compensation du butane qui préserve sa dimension redistributive et recourir au dessalement d’eau de mer, couplé à l’énergie renouvelable comme l’une des solutions pour l’eau potable et pour certaines cultures agricoles, en complément d’une gestion optimale de la demande.

Sur le plan de l'amélioration du positionnement international du Maroc en matière énergétique, le CESE appelle à renforcer les échanges avec l’Europe et construire des partenariats africains, à lancer de nouvelles filières énergétiques et de partenariats stratégiques avec l’Europe et l’Asie, soulignant la nécessité d'accompagner la transition par une politique volontariste d’intégration industrielle territorialisée.

De même, il est nécessaire de placer le capital humain au centre de cette transition énergétique en adaptant les programmes de formation et en encourageant la R&D, a souligné M. Mouttaqi.

En conclusion, le CESE recommande à retranscrire les engagements de l'ensemble des parties prenantes, au sein d’une Charte Nationale de la Transition Energétique.

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale