Mohamed Diab : « Si je devais refaire ce film, je ne changerais pas une seule seconde »

Mohamed Diab : « Si je devais refaire ce film, je ne changerais pas une seule seconde »
Source : Lemonde.fr
05/08/2016 15:15

« Clash », le dernier film de Mohamed Diab, revient sur la chute en 2013 de Mohamed Morsi, et a provoqué de vives réactions en Egypte. Il sera en France en septembre.

Deux mois après sa projection au Festival de Cannes, « Clash » de l’Egyptien Mohamed Diab a connu une sortie tourmentée au Caire, entre la pression des autorités et la déception d’une partie des révolutionnaires.

Le film revient sur les affrontements qui ont opposé, au lendemain du renversement du président Mohamed Morsi par l’armée, les Frères musulmans, partisans de celui-ci, et les soutiens des militaires. Cloîtré dans son petit appartement en périphérie du Caire, pour éviter le bruit fait autour du film et par sentiment d’insécurité, Mohamed Diab expose son point de vue sur ces polémiques et explique le message qu’il a voulu livrer avec ce second long-métrage.

Comment vous est venue l’idée d’aborder cette période de l’histoire récente de l’Egypte au cinéma ?

Mohamed Diab J’ai personnellement pris part à la révolution de 2011. Depuis cinq ans, je réfléchissais à la meilleure façon de la raconter. Mon frère Khaled [coauteur du scénario] a évoqué cette idée de policiers qui arrêtent la population au fil des manifestations. J’ai pensé que c’était une belle façon d’exprimer notre sentiment, pas seulement le mien ou celui de mon frère mais celui de toutes les composantes de la société, particulièrement durant cette période de l’été 2013 où les Egyptiens étaient divisés et que s’exprimaient différents points de vue dans la rue. Le plus dur a été de trouver les financements car tout le monde était effrayé par le thème du film.

Qu’avez-vous voulu raconter à travers ces personnages antagonistes, contraints de partager le petit espace d’un fourgon de police où ils sont enfermés après avoir été arrêtés ?

Mon film parle moins des politiques que de l’humain. C’est ce qui explique, à mon avis, qu’il ait eu une résonance internationale. Bien sûr, le contexte général est purement égyptien mais au-delà de la situation politique, Clash aborde des questions fondamentalement humaines et universelles : la haine de l’autre, le malentendu entre ceux qui pensent différemment, les besoins primaires que nous partageons tous. J’étais en Egypte à cette période mais n’ai pas participé aux manifestations étant personnellement opposé aux affrontements et à la violence, en l’occurrence entre les partisans des Frères musulmans et les soutiens de l’armée. ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale