Cristian Mungiu : "Un film doit rester une proposition complexe et équilibrée"

Cristian Mungiu :
Source : Premiere.fr Live
06/12/2016 17:46

Prix de la mise en scène à Cannes, Baccalauréat prouve la capacité de Cristian Mungiu à susciter le débat.

La fille de Romeo doit obtenir son Bac pour bénéficier de la bourse qui lui tend les bras et qui l’enverra faire ses études supérieures en Angleterre. Oui, mais voilà : la brillante Eliza est agressée quelques jours avant les épreuves et risque de se louper. Que fait Romeo ? Il tente de soudoyer quelques personnes bien placées pour faciliter les choses au risque d’y perdre son âme…
La corruption généralisée en Roumanie justifie-t-elle qu’un honnête homme y succombe à son tour, même en cas de force majeure ? C’est la question passionnante que pose le nouveau Cristian Mungiu, qui n’est pas pour autant un film à thèse. Des éléments de thriller et de drame familial traverse ce Baccalauréat complexe, qui n’apporte aucune réponse facile. Rencontre avec un cinéaste travaillé par l’exigence et le doute.

Etes-vous de nouveau parti d’un fait divers pour écrire le film ?
J’avais envie d’aborder plusieurs sujets : la quarantaine, la corruption, l’éducation… Je ne savais pas comment mixer tout ça. En lisant des articles de faits divers que j’avais compilés, j’en ai trouvé qui brassaient tous ces thèmes. Il y en avait un en particulier qui racontait comment un parent avait essayé de changer la note de sa fille pour qu’elle aille en Angleterre. Les motivations n’étaient pas les mêmes mais j’avais ma base. J’avais aussi ce cas à Bucarest d’une femme agressée en plein centre-ville sans que personne n’intervienne. Je l’ai rencontrée et, à la lumière de ce qu’elle m’a raconté et de tout le matériel que j’avais, j’ai écrit mon film.

Combien de temps vous prend l’écriture et vous écartez-vous beaucoup du scénario lors du tournage, puis du montage ?
La réflexion en amont est beaucoup plus longue, elle peut me prendre des années, le temps d’imaginer l’énergie et la puissance d’évocation de l’histoire. Le scénario est plus rapide à faire. Pour Baccalauréat, j’ai dû commencer à écrire mi-novembre et en février, j’avais une version qui correspond à peu près au résultat final. Pour des raisons de planning, j’ai continué à affiner pendant le tournage qui a débuté en juin 2015. J’ai notamment travaillé sur la fin qui me semblait déséquilibrée. Sinon, je revois aussi beaucoup les dialogues sur le plateau. On n’a pas toujours besoin de toutes les répliques qu’on a écrites, elles peuvent être remplacées par des attitudes, notamment. J’essaie toujours d’avoir au final les dialogues les plus banals possibles afin de ne pas être trop explicatif. Pour finir, je ne découvre pas le film au montage. Il est toujours très proche de mon intention originelle. De toute façon, quand on tourne en plan-séquence comme moi, c’est très difficile de revenir dessus au montage.

Le choix des acteurs modifie-t-il votre perception de l’histoire ou les pliez-vous à votre vision ?
J’ai plutôt tendance, au moment du casting, à chercher des gens proches des personnages que j’ai écrits. Je ne veux pas d’acteurs qui fassent trop d’efforts. Un comédien a sa propre personnalité, son rythme… Regardez, Adrian Titieni qui interprète le personnage principal, on l’imagine mal jouer un aventurier. Il aime bien manger, il a un côté bourgeois, c’est lui, il est comme ça ! (rires)

Quand on voit vos films ou ceux d’Andrey Zvyagintsev (Leviathan), qui montrent des sociétés rongées par la corruption, on a l’impression qu’à l’Est, rien de nouveau…
Ce n’est pas aussi simple. Cela fait 26 ans que le Mur de Berlin est tombé. Ce n’est rien à l’échelle du temps. Les progrès dont nos sociétés ont bénéficié ne sont pas perceptibles par la plupart des gens qui ne vivent pas les choses de manière « historique », avec du recul. La période communiste est encore très ancrée dans les esprits. C’est elle qui favorise la corruption et la compromission qui sont des réflexes mécaniques de survie dont nous mettrons du temps à nous débarrasser. Cela passe d’abord par des remises en cause personnelles. ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale