Evolution du Covid-19 au Maroc

484753
confirmés
8653
décès
470425
guérisons
Le 10 mai proclamé journée internationale de l'arganier par l'ONU Automobile : Hausse des ventes de 6,23% à fin février Chambre des représentants : Adoption des projets de loi sur les échéances électorales Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,98 Hausse des exportations de phosphates et dérivés de 12,6% en janvier HCP : La TVA, "principale composante" qui influence le secteur informel Fès-Meknès : Approbation de conventions pour une enveloppe totale de 4,4 MMDH Covid-19 : Les mesures de restrictions prolongées de deux semaines France : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont un an ferme Fortes averses orageuses du lundi au mercredi dans plusieurs provinces du Royaume

La Chine entame 2017 sous une chape de pollution

La Chine entame 2017 sous une chape de pollution
Source : Sciencesetavenir.fr
03/01/2017 12:16

Pékin a entamé la nouvelle année sous un épais brouillard à la concentration de particules nocives 20 fois supérieure aux normes internationales.

Après un long épisode de pollution en décembre 2016, la capitale chinoise était à nouveau recouverte au 1er janvier 2017 d'une brume grisâtre à l'odeur âcre, qui limitait la visibilité à quelques centaines de mètres. Perdues dans le "smog", des enseignes lumineuses en haut des gratte-ciels semblaient flotter dans le vide, tandis que certains touristes se pressant autour de la Tour du tambour - monument emblématique du vieux Pékin - arboraient des masques respiratoires, a constaté l'AFP. La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5) - particulièrement dangereuses car elles pénètrent profondément dans les poumons - a dépassé dimanche 1er janvier 500 microgrammes par m3, selon les relevés de l'ambassade américaine rapportés par le site aqicn.org. Un taux très au-dessus du seuil maximal de 25 recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures.

Cette pollution atmosphérique endémique provient principalement de la combustion du charbon utilisé pour le chauffage et la production d'électricité, dont la demande augmente durant l'hiver. Entre le 16 et le 21 décembre, Pékin - comme près d'une trentaine d'autres grandes villes du nord de la Chine -, avait été en "alerte rouge" pendant six jours, un niveau d'alarme maximal déclenché quand un grave épisode polluant est susceptible de durer plus de 72 heures. Ce statut avait entraîné des fermetures d'écoles, l'arrêt ou la réduction de la production dans les usines, une circulation alternée, ou encore l'interruption des chantiers. Par la suite, 24 métropoles chinoises avaient de nouveau été placées vendredi 30 et samedi 31 décembre 2016 en alerte rouge, dans le nord et l'est du pays, selon l'agence Chine nouvelle. Quasiment toutes en étaient sorties dimanche, selon des sites officiels, à l'exception notable de divers districts de Shijiazhuang. ...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale