Evolution du Covid-19 au Maroc

485567
confirmés
8673
décès
471410
guérisons
Bank Al Maghrib : Amélioration de l'activité industrielle en janvier La société Les Eaux Minérales d'Oulmés publie un "Profit Warning" Fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent du vendredi au dimanche CDG Capital table sur un cadre monétaire "globalement stable" en 2021 Covid-19 : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 avril Ouverture du consulat général de Jordanie à Laâyoune Le 10 mai proclamé journée internationale de l'arganier par l'ONU Automobile : Hausse des ventes de 6,23% à fin février Chambre des représentants : Adoption des projets de loi sur les échéances électorales Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,98

Un journaliste algérien explique comment Alger tente d'entraver le retour du Maroc au sein de l' UA

Un journaliste algérien explique comment Alger tente d'entraver le retour du Maroc au sein de l' UA
Source : Le360.ma
04/01/2017 16:15

Dans un article publié par notre confrère "Jeune Afrique", Farid Alilat, journaliste algérien établi en France, explique comment le retour du Maroc au sein de l'Union africaine passe mal auprès des officiels algériens, qui n'ont d'ailleurs lésiné sur aucun moyen pour entraver ce retour.

Un éclairage d'autant plus édifiant et crédible sur les manoeuvres orchestrées et menées par Alger dans la tentaive de "faire échec à la volonté du Maroc de réintégrer l'Union africaine" qu'il émane d'un Algérien. C'est celui que apporte le journaliste Farid Alilalt, dans une tribune publiée mardi 3 janvier par l'hébdomadaire parisien "Jeune Afrique". Sous ce titre "Adhésion du Maroc à l'UA: Alger bien décidé à faire échec à la volonté de Rabat d'exclure le Polisario", notre confrère algérien souligne que ce retour des Marocains au sein de l'organisation panafricaine passe mal auprès des officiels algériens, qui ne font d'ailleurs aucun mystère de leur crainte que ce retour implique l'éjection de la "RASD" de cette structure continentale. "A peine Rabat avait-elle exprimé son souhait de réintégrer l'instance panafricaine qu'Alger déclenchait sa machine politico-diplomatique pour lui faire échec", relève Farid Alilat, ressortissant algérien établi en France.

Les faits datent très précisément du 18 juillet 2016, lorsqu'à l'occasion du 27e Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, 28 pays africains amis répondent favorablement au souhait du Maroc de réintégrer sa famille africaine, qu'il n'a jamais vraiment quitté depuis son départ de l'UA en 1984 suite à l'admission scandaleuse de la "RASD" au sein de l'OUA (ancêtre de l'UA). Un souhait qui a pris forme en septembre dernier lorsque Rabat a saisi officiellement la présidente sud-africaine de la Commission de l'UA, Dlamini-Zuma, au sujet de sa décision de réintégrer la structure continentale, mais contre lequel Alger a agi férocement, via ses canaux diplomatiques et par médias interposés.


"Pour se convaincre de l’hostilité des autorités algériennes à un retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), il suffit de lire un éditorial paru le 7 novembre dans les colonnes du quotidien El Moudjahid, répondant du tac au tac au discours prononcé la veille à Dakar par Mohammed VI à l’occasion du 41e anniversaire de la Marche verte", indique notre confrère algérien. "Porte-voix officiel du régime, El Moudjahid jugeait que ce retour allait "accentuer les divisions" entre pays africains, voyant dans la démarche du voisin de l’Ouest une "vaste campagne de propagande dont le but est de restaurer son image de marque, gravement altérée depuis son occupation du Sahara occidental".

"Le quotidien du 20, rue de la Liberté invitait même le souverain marocain à y organiser "le plus tôt possible" un référendum d’autodétermination", relève encore Farid Alilat.

Retour du Maroc à l'UA: la contre-offensive algérienne

Notre confrère prête même attention aux détails sémantiques de la contre-offensive politico-diplomatico-médiatique enclenchée par son pays pour, sinon "saborder", du moins "contrecarrer" le souhait de Rabat. "En diplomatie, on ne dira jamais assez combien un mot peut changer le cours de l’Histoire. La contre-offensive s’est donc jouée d’abord sur un plan sémantique. Réintégration ou intégration, après trente-deux ans de politique de la chaise vide ? Pour Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires maghrébines et africaines et de la Ligue arabe, il s’agit d’une "adhésion" plutôt que d’un "retour". Mettant en avant l’article 29 de l’acte constitutif de l’UA, qui fixe les conditions d’une adhésion, Messahel précise qu’"un pays africain qui veut adhérer à l’UA ne peut pas le faire sous condition, comme le stipule l’acte constitutif de l’organisation continentale".

Il apparaît à l'évidence qu'Alger, à défaut d'arguments recevables, voulait noyer le débat dans des vétilles lexicologiques, car elle savait que l'éjection de la "RASD", dont l'admission en 1982 a été une erreur monumentale, était inévitable dès lors que le Maroc décidait de réintégrer l'UA. ...

 

 

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale