Saint-Ex, un homme qui aima le Maroc

Saint-Ex, un homme qui aima le Maroc
Source : Le360.ma
13/01/2017 12:15

On croit que tout a été dit sur la Chérifie et Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944) mais un nouveau livre, exceptionnellement bien illustré, nous apporte la preuve du contraire.

«Casablanca est pour moi le Paradis terrestre»; «Dakar? J’y regrette le Maroc qui est le rêve de mes rêves»; «J’ai toujours aimé le Sahara [atlantique]»; «J’étais pleinement heureux sur l’Aéropostale», etc, etc. Si l’amour de «Saint-Ex» à l’égard de sa terre natale, la France -pour laquelle il tomba en mission, au large de Marseille, en 1944- ne fait aucun doute, il est clair désormais, à lire ce nouvel ouvrage et sa moisson de frappantes citations, que notre aviateur littéraire (ou écrivain volant) nourrit une passion ardente pour son pays d’élection qu’on appelait à l’époque l’Empire chérifien.

Ce travail novateur (préfacé par l’ancien ministre marocain Chakib Benmoussa, ensuite ambassadeur de Sa Majesté chérifienne à Paris, et dû à Bernard Bacquié, ancien pilote sur Royal Air Maroc et ex-commandant de bord sur Air France), en moins de 200 pages, toutes splendidement ornées de photos rares en noir et blanc, va plus loin que bien de savants volumes sur le pionnier charmeur de l’aéronautique intercontinentale.

Turbulentes mais fidèles tribus

Par exemple, sur le Sahara océanique, alors sous contrôle hispanique, Saint-Exupéry grave, au fil de ses missives, des faits, des choses vues ou entendues, allant la plupart dans le sens de l’appartenance socio-historique au Maroc de cette «Terre brûlée aux vents d’enfer, océan de dunes arides face à l’immensité liquide». Certes, les turbulentes tribus sahariennes n’hésitaient pas, alors, à prendre en otage, et à rendre contre rançon, les aviateurs forcés d’atterrir sur leur territoire mais, à aucun moment, ces rudes populations ne remirent en cause le primat religieux du sultan rbati.

Consuelo absente

Sachons gré à Bernard Bacquié de nous épargner les frivolités habituelles, dont se repaissent tant de plumes noircissant du papier, de l’homme-à-femmes que fut notre séducteur aérien… La capricieuse et capiteuse Senora Consuelo, n’est donc citée qu’une fois dans l’ouvrage… Un record… En revanche, la plupart des hommes, qui contribuèrent aux exploits (aériens et intellectuels) puis à la légende de «Monsieur Antoine», sont ressuscités par Bacquié, ainsi le costaud Jean Mermoz, grand lecteur de recettes de cuisine, ou le photographe Art déco Marcellin Flandrin (1) en passant bien sûr par le couple Lyautey ou les souverains belges, Albert 1er et Elisabeth, amateurs eux aussi, et du Maroc et de vols risqués par dessus l’Atlas. ...

 

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale