Evolution du Covid-19 au Maroc

482514
confirmés
8598
décès
467541
guérisons
Hilale : La situation au Sahara marocain est de loin "bien meilleure" qu'en Afrique du Sud Le Maroc et le Burundi établissent une feuille de route de coopération pour la période 2021-2024 Taqa Morocco : Un CA consolidé de 7,78 MMDH en 2020 Maroc-UE : Les échanges de biens ressortent à 35 milliards d'euros en 2020 La Marocaine Vie : Fatima Zahra Salim Elqalb nommée au conseil exécutif Perturbations de la navigation : Les explications de Maroc Telecom TIBU Maroc dévoile son livre « Insertion socioéconomique des jeunes par le sport » M'diq-Fnideq : Lancement d'un programme d’insertion au profit des jeunes Covid-19 : Le Sénégal démarre sa campagne de vaccination Sofac enregistre un déficit de 5 MDH durant l'exercice 2020

L’Afrique a-t-elle encore une importance stratégique pour la France au XXIe siècle ?

L’Afrique a-t-elle encore une importance stratégique pour la France au XXIe siècle ?
Source : Lemonde.fr Afrique
13/01/2017 17:06

Quatre personnalités, dont Jack Lang et Jean-Louis Borloo, plaident pour raviver la flamme africaine d’une France qui, disent-ils, a perdu « la maîtrise de sa vocation universelle ».

 

« Sans l’Afrique, il n’y aura pas d’Histoire de France au XXIe siècle », écrivait en 1957 dans Présence française et abandon, François Mitterrand, alors ministre de la justice. Soixante ans après, le prochain président en aura-t-il conscience au moment de son entrée à l’Elysée en mai 2017 ?
Jusqu’à François Hollande, tous les présidents de la Ve République avaient fait de la présence française en Afrique l’une des priorités de leur politique étrangère. Récemment, un chef d’Etat africain de passage à Paris déclarait que « la France est en train de perdre l’Afrique ». En 1985, la France représentait 15 % des parts de marché sur le continent et la Chine, 5 %. Vingt ans après, les proportions sont les mêmes… mais inversées.

La nouvelle donne de la mondialisation

Pourtant, parmi les grandes nations, la France est, avec l’Angleterre, la plus proche – par l’Histoire, la langue et la géographie – de l’Afrique. Mais aujourd’hui, elle peine à définir une stratégie claire à l’égard du continent, à l’inverse d’autres puissances telles que la Chine, l’Inde, le Japon, voire l’Allemagne. Ces pays ont lancé des projets d’ampleur en Afrique, comme le Japon, qui prévoit d’investir 30 milliards de dollars (28,1 milliards d’euros) en trois ans.

Paris peine à s’adapter à la nouvelle donne de la mondialisation. Pour autant, ce déclin n’est pas irrémédiable. Une impulsion nouvelle peut être engagée à la faveur de l’élection présidentielle. Les relations franco-africaines devraient s’inscrire dans le prolongement de la stratégie d’émergence, définie par l’Union africaine dans son Agenda 2063, ainsi que les projets développés par la Banque africaine de développement. ...


 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale