Evolution du Covid-19 au Maroc

484753
confirmés
8653
décès
470425
guérisons
Le 10 mai proclamé journée internationale de l'arganier par l'ONU Automobile : Hausse des ventes de 6,23% à fin février Chambre des représentants : Adoption des projets de loi sur les échéances électorales Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,98 Hausse des exportations de phosphates et dérivés de 12,6% en janvier HCP : La TVA, "principale composante" qui influence le secteur informel Fès-Meknès : Approbation de conventions pour une enveloppe totale de 4,4 MMDH Covid-19 : Les mesures de restrictions prolongées de deux semaines France : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont un an ferme Fortes averses orageuses du lundi au mercredi dans plusieurs provinces du Royaume

"Les Sénégalais ont intérêt à travailler avec le nouveau pouvoir gambien"

Source : France24 International
19/01/2017 15:16

Les troupes de la Cédéao étaient toujours stationnées à la frontière sénégalo-gambienne jeudi, alors que le président sortant Yahya Jammeh refuse de céder le pouvoir à son successeur à quelques heures de son investiture. Décryptage de la situation.

En Gambie, le président sortant, Yahya Jammeh, refuse toujours de quitter le pouvoir alors que son successeur doit prêter serment jeudi 19 janvier à l’ambassade gambienne de Dakar.

Des troupes sénégalaises et nigerianes, sous mandat de la Communauté économique des États d'afrique de l'Ouest (Cédéao), sont actuellement regroupées à la frontière gambienne. Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter jeudi sur un texte autorisant une intervention militaire afin d'assurer la passation de pouvoir. Le professeur Jean-Claude Marut, chercheur associé au laboratoire "Les Afriques dans le monde" du CNRS et de Sciences-Po Bordeaux, analyse la situation pour France 24.

Le président élu Adama Barrow doit être investi aujourd’hui à l’ambassade gambienne de Dakar, où il a été accueilli la semaine dernière. Quels sont les liens entre la Gambie et le Sénégal, avec lequel il partage son unique frontière ?

Cette investiture pose un double problème. Déjà parce qu’Adama Barrow ne prête pas serment dans son pays, et ensuite parce qu’il le fait à Dakar. Les relations sont compliquées entre les deux pays depuis longtemps, et ce même avant l’arrivée au pouvoir de Yahya Jammeh (il y a 22 ans). L’un des objectifs de Dakar est de faire disparaître, à terme, l’enclave gambienne. Ils l’avaient déjà tenté en 1981, avec la confédération de Sénégambie qui a duré jusqu’à 1989. Elle a laissé de mauvais souvenirs à Banjul, notamment à cause du comportement des militaires sénégalais. Cette volonté hégémonique est mal ressentie et a renforcé le nationalisme gambien.

Le fait que le Sénégal ait pris Adama Barrow en charge est donc très mal perçu par une partie de la population gambienne, car la méfiance subsiste, y compris chez les jeunes. Dakar et les responsables de la Cédéao semblent ne pas en avoir réellement conscience. Les Sénégalais ont tout intérêt à travailler avec le nouveau pouvoir gambien pour resserrer les liens et aller vers le sens d’une unification ou d’une nouvelle confédération.

En cas d’intervention des forces de la Cédéao, menées par le Sénégal, à quoi doit-on s’attendre ?

Il suffit de regarder la carte. La Gambie est un territoire très étroit, large de quelques dizaines de kilomètres et long de 320 kilomètres. Il est très facile pour une armée de bombarder ou d’atteindre n’importe quel point de son territoire, qui est très vulnérable tant par voie terrestre qu’aérienne ou même navale. Il faut aussi prendre en compte la situation de Banjul, qui est à l’extrémité d’une presqu’île aisément isolable. Si Yahya Jammeh est toujours dans son palais, il ne devrait pas être très difficile de le bombarder. Les informations sur l’évacuation de l’hôpital à proximité du palais laissent d’ailleurs imaginer cette possibilité. ...

 

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale