Jackie est l'antibiopic d'une icône glamour

Jackie est l'antibiopic d'une icône glamour
Source : Premiere.fr Live
31/01/2017 17:31

En s’expatriant pour la première fois aux États-Unis, Pablo Larraín aurait pu s’égarer. Mais ce portrait de la veuve de JFK est en fait l’occasion pour le Chilien de creuser ses motifs avec brio.

Ce qui frappe devant Jackie, au-delà de son impressionnante maîtrise formelle, c’est sa cohérence avec le reste de la filmographie de Pablo Larraín. Le pari n’était pas gagné d’avance. Parce que travailler à Hollywood suppose des contraintes nouvelles pour un cinéaste habitué à tourner au Chili. Ensuite parce que Jackie devait au départ être réalisé par Darren Aronofsky, avec Rachel Weisz au lieu de Natalie Portman. Enfin, parce que le sujet même du film peut a priori paraître étranger au réalisateur d’El Club, jusqu’ici obsédé par le refoulé politique de son pays, comme en témoigne sa trilogie sur la dictature de Pinochet (Tony Manero, Santiago 73-Post Mortem, et No). Et pourtant, ça reste un pur film « larrainien ». À l’instar de No et surtout de Neruda, c’est avant tout une entreprise de déconstruction. Un antibiopic aussi adepte du mouvement de caméra qu’allergique aux chromos chronologiques : Larraín préfère choisir une fenêtre de tir temporelle précise pour mieux extraire ensuite les fils de sa narration éclatée. ...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale