"Afrique en capitale": Une femme pour orner le mur de la CDG

Source : Huffpost Maghreb
08/03/2017 14:45

Le mur de la CDG sera habillé pour ce printemps d'une grande fresque, à l'occasion de l'événement " "Afrique en capitale", et c'est une femme qui ornera l'édifice de l'institution financière.

C'est l'artiste allemand Hendrik Beikirch qui réalisera ce portrait sur le mur du siège de la CDG à Rabat. Un portrait inédit extrait de sa série "Tracing Morocco", débutée en 2014. Mur de la CDG, Rabat Une femme à l'honneur "C'est un portrait qui n'a pas été montré jusqu'à présent", indique au HuffPost Maroc Elise Lavigne, responsable des relations médias à la fondation Montresso, mécène du projet. "Quand Mehdi Qotbi (président de la Fondation nationale des musées, ndlr) nous a demandé une fresque de ce projet "Tracing Morocco" à l'occasion du mois "Afrique en capitale", Heindrick Beikirch a accepté de réaliser l'ultime portrait de cette série et avait à coeur le fait que ce dernier portrait soit cette femme". Un portrait qui, selon Brahim El Mazned, coordinateur général d'"Afrique en capitale", "représentera une femme du sud du Maroc, une sahraouia". "Heindrick avait en théorie fini sa série "Tracing Morocco" l'an dernier, mais il a accepté de réaliser cet ultime portrait, qui représentera le beau visage d'une femme de caractère", précise ce dernier. Montrer les invisibles Pour le projet "Tracing Morocco", l'artiste allemand a peint 12 portrait de "maalem" marocains sur des façades à travers le monde (New York, Toulouse, Rome, Oslo). Le 9e mur a été réalisé à Marrakech en face de la gare ONCF, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. En décembre 2015, en collaboration avec la fondation Montresso, Hendrik Beikirch a présenté à la résidence Jardin rouge, installée à Marrakech, le projet "Tracing Morocco". "Heindrick est partie à la rencontre de "maalem" marocains, avec cette idée de rendre hommage à ces hommes et femmes qui continuent d'utiliser des outils rudimentaires et perpétuent les gestes ancestraux", explique Elise Lavigne. Des femmes "maalem" qui, comme nous précise Elise Lavigne, ont été moins évidentes à trouver: "Les femmes étaient plus difficiles à trouver, à convaincre. Il n'y a pas eu de photos volées. À chaque fois, on expliquait aux gens le projet. Heindrick avait cependant un attachement particulier à montrer ces femmes. Celle du mur de la CDG ne sera pas la seule d'ailleurs, il y en a eu d'autres auparavant. ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale