Evolution du Covid-19 au Maroc

15328
confirmés
243
décès
11827
guérisons
Avoir de beaux cheveux en été, c'est possible ! France : Enquête sur des fraudes « massives » au chômage partiel Transport routier de voyageurs : Reprise timide mais effective selon la tutelle Vaccins contre le Covid-19 : L'OMS demande un accès équitable pour les africains Hors «opération exceptionnelle», les frontières resteront fermées le 15 juillet La CNDP lance deux programmes pour la protection des données à caractère personnel Officiel : L’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 10 août Les Français résidant au Maroc priés de ne pas quitter le Royaume Afrique du Sud : Plus de la moitié des enfants vivent dans la pauvreté Déclarations d'impôt : "Trump est un citoyen comme les autres", confirme la Cour suprême

Plongée dans le Casablanca des années 50 avec la bande dessinée "Morocco Jazz"

Plongée dans le Casablanca des années 50 avec la bande dessinée
Source : Huffpost Maghreb
30/03/2017 11:00

Le 22 mars dernier, la bédéiste française Julie Ricossé a sorti un album intitulé "Morocco Jazz", aux éditions Vents d'Ouest, qui retrace le Casablanca de l'époque coloniale.

"Une idée d'il y a six ans, deux ans de gribouillages" pour ce "Morocco Jazz présenté le 25 mars au salon du Livre de Paris, où le Maroc était l'invité d'honneur. Dans cette œuvre, Julie Ricossé nous raconte l'histoire de Louise, aujourd'hui vieille dame habitant à Paris. Après avoir reçu un colis venu du Maroc, Louise se rappelle sa jeunesse dans le Casablanca des années 50, encore sous colonie Française. Elle était chanteuse de jazz, vivait pour son amour avec le brigadier Henri et pour ses amies Camille et Sybil dans une ville sous tension permanente entre nationalistes et colonialistes. Pour sortir cette nouvelle œuvre de 112 pages, la bédéiste a sorti les archives des placards. Au-delà de son histoire fictive, elle a glissé des éléments historiques dans ses planches. (L'article se poursuit sous les planches de la bande dessinée) "La partie du récit qui raconte l’enfermement en surnombre de prisonniers s’inspire d’un fait réel. Après de violents affrontements de rue à Oujda, la police enferme 45 émeutiers dans une cellule de 2,50 m sur 1,50 m. La porte se referme sur eux, et on les laisse là de 14 h à 8 h du matin. ...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale