Evolution du Covid-19 au Maroc

7714
confirmés
202
décès
5271
guérisons
Washington inculpe 28 Nord-Coréens pour le détournement de 2,5 milliards de dollars Baccalauréat 2020 : Le ministère de l’Éducation nationale publie les référentiels des examens La Bourse de Casablanca clôture la semaine dans le vert HBO Max: dernier venu parmi les plateformes de streaming BAD : Akinwumi Adesina réfute les accusations à son encontre KPMG: le Real Madrid, club le plus cher au monde devant Manchester United Les cafés et restaurants refusent de reprendre l’activité en livraison et en service à emporter L'ancien Premier ministre Abderrahman El Youssoufi n'est plus Les services à emporter et en livraison autorisés pour cafés et restaurants dès ce vendredi 29 mai En France, cafés, bars et restaurants accueilleront leurs clients dès le 2 juin

Les trésors de l'islam sub-saharien à l'Institut du monde arabe de Paris

Les trésors de l'islam sub-saharien à l'Institut du monde arabe de Paris
Source : Le360.ma
22/04/2017 12:00

De la diffusion pacifique de l'islam du XIe siècle à la destruction de manuscrits à Tombouctou en 2012, une exposition à l'Institut du monde arabe (IMA) de Paris retrace la diffusion de cette religion dans la partie sub-saharienne du continent.

"C'est seulement à partir du XVIIIe siècle qu'il y a eu les premiers jihads", explique la co-commissaire de Trésors de l'Islam en Afrique, Hanna Boghanim, devant de rares manuscrits du XIIe siècle des mausolées de Tombouctou, dans le nord du Mali, pour la plupart sauvés in extremis de la destruction lors de la prise de contrôle de la ville et de la région par des groupes islamistes armés en 2012.
 
La diffusion de l'islam "s'est d'abord faite par les marchands égyptiens venus du monde arabo-musulman", précise la co-commissaire.
 
"Ce fut un processus d'appropriation lent au cours duquel les populations ont fait le choix de se convertir à cette religion" dans une zone qui s'étend de l'est et du sud du Soudan au Zimbabwe, et de l'ouest du Mali à la République démocratique du Congo (Kinshasa) et au Congo (Brazzaville).
 
"Le commerce, la sédentarisation et les mariages avec les populations locales païennes" permettent cette diffusion, explique encore Hanna Boghanim. Une stèle funéraire gravée en arabe et datée de 1061 retrouvée au Soudan atteste de ce phénomène.
 
Les échanges commerciaux furent rendus possible après un accord survenu en 652 entre Égyptiens et Nubiens (actuellement Soudanais). L'exposition présente un beau fragment de tiraz (textile brodé d'or), réalisé au XIIe siècle, fixant la réglementation des échanges entre les deux peuples. ...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale